SNCF: le PCF sera “très actif dans les semaines qui viennent” dit Laurent

SNCF: le PCF sera “très actif dans les semaines qui viennent” dit Laurent

Pierre Laurent, secrétaire général du PCF, a affirmé mardi que les communistes seraient "très actifs dans les semaines qui...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Pierre Laurent, secrétaire général du PCF, a affirmé mardi que les communistes seraient "très actifs dans les semaines qui viennent" pour continuer de porter leurs "contre-propositions" en matière de réforme du rail, à l'issue d'une rencontre avec la ministre des Transports Elisabeth Borne.

"Nous sentons que la pression qui s'exerce dans le pays, la mobilisation des cheminots, les manifestations de la semaine dernière, commencent à avoir du poids et nous parlementaires, et le Parti communiste, serons très actifs dans les semaines à venir pour continuer à porter en amont des contre-propositions au projet gouvernemental", a affirmé M. Laurent.

"Nous avons exposé nos propositions à la ministre et nous l'avons sentie en difficulté sur la question de la dette. Elle nous a dit que des annonces seraient faites sur ce point, mais pour le moment, il n'y a toujours rien de précis", a-t-il ajouté.

Le numéro un du PCF a également fait part à la ministre des propositions de son parti sur la question des investissements dans le réseau et de la mise en concurrence. Sur ce dernier point, il a fait "valoir que cette mise en concurrence allait désorganiser le réseau, là où il faut au contraire l'unifier".

Mme Borne "a indiqué que dans le débat parlementaire, elle soumettrait un amendement pour préciser les conditions d'ouverture à la concurrence. C'est un débat très important qui s'annonce dans lequel nous nous investirons", a promis M. Laurent.

"Nous lui avons fait valoir que la mise en cause du statut des cheminots et la dégradation des conditions sociales n'étaient pas de nature à fortifier le service public ferroviaire mais au contraire à le fragiliser. Sur tous ces points, la ministre a continué à maintenir le point de vue gouvernemental", a-t-il regretté.

Le PCF propose notamment la reprise de la dette de la SNCF par la Caisse des dépôts et des banques "à taux zéro", puis par la BCE, ou encore "la création d'un livret épargne transports pour que l'épargne populaire aille vers le transport public", "la renationalisation des autoroutes...".

La ministre des Transports doit présenter vendredi le bilan de la concertation sur la réforme de la SNCF, quelques jours avant le début d'une grève annoncée longue.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

SNCF: le PCF sera “très actif dans les semaines qui viennent” dit Laurent
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le