Sondage : les Français toujours très opposés à la réforme des retraites

Sondage : les Français toujours très opposés à la réforme des retraites

Alors qu’Elisabeth Borne présente ce mardi les détails de la réforme des retraites, les Français restent très opposés à tout report de l’âge légal, selon le dernier baromètre Odoxa pour AGIPI challenges-BFM.
Public Sénat

Par Steve Jourdin

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les Français disent non

Les semaines passent et rien ne change. Comme au mois de décembre, les Français sont majoritairement opposés à la réforme proposée par le gouvernement Borne, avant même d’en connaître les détails. En effet, selon le dernier baromètre Odoxa pour AGIPI challenges-BFM réalisé les 4 et 5 janvier, même si la première ministre annonçait finalement un report à « seulement » 64 ans, voire 63 ans, cela ne serait pas vécu comme une « bonne surprise ».

Seulement 16 % approuveraient un report à 64 ans, et 26 % un report à 63 ans. Tous reports confondus (63, 64 ou 65 ans), 38 % des Français seraient prêts à accepter un report au-delà de 62 ans. De manière générale, les Français s’opposent donc à ce que le gouvernement touche au système de retraites, alors que de son côté l’exécutif met en avant le rapport du COR et le risque d’un dérapage budgétaire dans les années à venir.

sondage_tableau_1.jpg

 

Un contexte politique et social morose

Depuis plusieurs mois, le gouvernement met en avant deux arguments pour justifier la réforme : la mise en danger de la pérennité du système si rien n’est fait, et l’impact positif d’un report sur la réduction de l’ensemble des déficits publics. Or, selon le baromètre Odoxa, si un Français sur deux (49 % vs 50 %) pense qu’une réforme des retraites pourrait « être nécessaire pour garantir notre système de retraite par répartition », ils ne croient pas (58 %) que celle-ci soit « nécessaire pour réduire les déficits publics ». Le choix des mots et des arguments retenus par le gouvernement dans les prochaines heures devrait peser sur l’accueil des annonces.

Reste à connaître la détermination des Français. Iront-ils jusqu’à s’opposer dans la rue au projet de l’exécutif ? Force est de constater qu’ils ne font pas confiance au gouvernement pour mener une réforme des retraites « efficace et pérenne » (71 % de défiance) et encore moins pour mener une réforme qui soit « juste socialement » (72 %). De manière générale, 2023 ne se présente pas sous les meilleurs auspices : 78 % des Français n’ont toujours pas confiance en l’avenir de la situation économique. Un indice de confiance historiquement bas.

Méthodologie

Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 4 et 5 janviers 2023. Echantillon de 1005 Français représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Pour un pourcentage de 20 % ou 80 %, la marge d’erreur est de 2,5 points pour un échantillon de 1000 personnes. Soit, pour un score de 20 %, le pourcentage réel est compris dans l’intervalle 17,5 % - 22,5 %.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le