Sondage: près 2 Français sur 3 approuvent le ralliement de Bayrou

Sondage: près 2 Français sur 3 approuvent le ralliement de Bayrou

Près de deux Français sur trois approuvent la décision du centriste François Bayrou de ne pas se lancer dans la course à l'Elysée...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Près de deux Français sur trois approuvent la décision du centriste François Bayrou de ne pas se lancer dans la course à l'Elysée et de proposer une "alliance" à Emmanuel Macron, selon un sondage Odoxa publié vendredi.

La décision du président du MoDem est saluée par 62% des personnes interrogées tandis que 37% estiment au contraire que c'est une mauvaise décision, selon ce sondage réalisé pour franceinfo.

61% des personnes interrogées pensent que le président du MoDem a des "convictions profondes", 55% qu'il "pense avant tout à l'intérêt de la France" et 54% qu'il est "courageux".

La moitié des personnes interrogées (50%) pense que le soutien de François Bayrou à Emmanuel Macron constitue un atout important pour sa campagne, presque autant (49%) sont d'un avis contraire.

Enquête réalisée les 22 et 23 février par internet auprès d'un échantillon de 980 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 point à 3,1 points.

Les baromètres d'opinion donnent une indication de l'état des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le