Sortir de la rue : « un logement d’abord ! »

Sortir de la rue : « un logement d’abord ! »

« Je ne veux plus de femmes et d’hommes dans la rue » avait déclaré Emmanuel Macron en 2017. Pourtant, en France, plus de 300 000 personnes sont aujourd’hui sans domicile fixe et plus de 500 meurent chaque année dans la rue. Comment parvenir à cet objectif de zéro SDF ? Les solutions d’urgences proposées par l’Etat et les associations sont-elles efficaces ? Tâm Tran Huy et ses invités ouvrent le débat, pour Un Monde en Docs, sur Public Sénat.
Public Sénat

Par Flora Mansiet

Temps de lecture :

3 min

Publié le

En France, 300 000 personnes n’ont pas de logement pérenne. Un chiffre qui a doublé depuis 2012. Pour aider ces personnes en situation d’extrême précarité, de nombreux dispositifs d’urgence existent : hébergement en hôtel, distribution de nourriture ou de vêtements… « On ne sort pas de la rue grâce à un simple hébergement d’urgence, explique pourtant Manuel Domergue, directeur d’études de la Fondation Abbé Pierre. La réalité c’est que les personnes sans domicile fixe font des allers retour entre la rue, les hôtels, les squats, et que seule une solution pérenne peut casser ce cercle vicieux ».

L’échec des solutions d’urgence

Pour Annie Le Houérou, sénatrice socialiste des Côtes-d’Armor et présidente de la mission d’information sénatoriale de lutte contre la paupérisation d'une partie des Français, « les propositions d’urgence permettent de se nourrir ou de se poser un temps, mais elles ne permettent pas de se reconstruire ».

Avoir un logement c’est exister à nouveau

Sans domicile fixe, sorti de la rue après trois en et demi de galère, Christian Page ne dit pas autre chose : « Un mec à la rue vous pouvez lui donner à manger ou même un revenu minimum, mais ce qui compte vraiment c’est le logement. Et quand je dis logement, je ne parle pas d’une chambre d’hôtel. Avoir un logement c’est exister à nouveau. Administrativement et socialement. Comment voulez-vous accueillir vos enfants ou vos amis sans logement ? »

Inverser la dynamique de l’insertion

Que se passe-t-il en France quand une personne sans domicile fixe cherche un logement durable ? Le chemin jusqu’à la stabilité ressemble à un parcours du combattant encore bien trop long.

« Aujourd’hui, pour avoir droit à un logement pérenne, il faut prouver étape par étape qu’on a été méritant, qu’on est sorti de ses addictions, qu’on est prêt à retrouver un travail », explique Michel Pouzol, ancien député, lui-même touché par une situation d’extrême précarité dans les années 2000. « La solution c’est au contraire de commencer par le logement. Il faut impérativement inverser le mode d’insertion »

Le parc social en question

Alors pourquoi l’État ne met-il pas en place des solutions durables ? Pour quelles raisons l’obtention d’un logement pérenne est-elle si compliquée ?

« L’échec de la politique de lutte contre le sans-abrisme dans notre pays c’est l’échec de la politique du logement, explique Michel Pouzol. La situation est ultra-tendue, notamment en Ile-de-France. Dans la capitale, le prix des loyers a été multiplié par trois en dix ans et de plus en plus de personnes demandent un logement social. »

Il faut que le gouvernement remette de l’argent dans le parc social

Booster la production de HLM qui s’est « effondrée en 2020 », augmenter le nombre de logements sociaux, « il faut que le gouvernement remette de l’argent dans le parc social. Cela lui coûtera moins cher sur le long terme que de financer des solutions d’urgences et de gérer les conséquences de la vie dans la rue » conclut Manuel Domergue.

Retrouvez en replay le documentaire Comme tout le monde sur notre ainsi que le débat avec nos invités

 

Dans la même thématique

Installation dans un champ d’un panneau indiquant Votre alimentation commence ici
7min

Société

Agriculture : qu’est-ce que les « clauses miroirs » que demandent les agriculteurs ?

Le terme revient souvent dans la crise agricole. Les « clauses » et « mesures miroirs », qu’exigent les agriculteurs, sont un moyen d’éviter une concurrence déloyale. L’idée est d’imposer aux pays tiers les mêmes normes environnementales que celles exigées en France et en Europe aux agriculteurs. Si le gouvernement affiche son volontarisme, leur mise en œuvre est complexe et semée d’embûches…

Le

MARIA RESSA : PRESS CONFERENCE AT RSF PARIS
7min

Société

Respect du pluralisme sur CNews : « Il ne s’agit pas d’encadrer la liberté d’expression, mais de faire respecter la loi », assure Christophe Deloire

Après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle du respect du pluralisme par la chaîne CNews, Reporters sans frontières est accusé par les médias du milliardaire Vincent Bolloré de porter atteinte à la liberté d’expression. Après avoir reçu le soutien d’une vingtaine d’avocats, RSF se dit déterminé à vouloir faire appliquer la loi.

Le

Sortir de la rue : « un logement d’abord ! »
5min

Société

« Mon grand-père a toujours pensé qu'il devait sa vie au fait que Manouchian n'avait pas parlé sous la torture », raconte Pierre Ouzoulias

Petit-fils d’un militant communiste qui a combattu avec Missak Manouchian, le sénateur Pierre Ouzoulias estime que la panthéonisation de ce résistant fusillé par les Allemands scelle « la réconciliation » des Résistances communistes et gaullistes autour de « la vocation fortement universelle et universaliste de la France ».

Le

permis
8min

Société

Permis de conduire : le projet de loi européen visant à mettre fin au permis à vie cristallise les tensions

Un projet de loi européen, qui sera soumis au vote du Parlement fin février et porté par la députée européenne écologiste française Karima Delli, propose de modifier la directive européenne sur la durée de validité du permis de conduire en fixant notamment une visite médicale obligatoire à l’obtention du permis, puis tous les 15 ans. A partir de 70 ans en revanche, la mesure est renforcée par un contrôle tous les 5 ans. Objectif ? « Zéro mort » sur les routes à l’horizon 2050.

Le