Taxe sur les vins à 25 % : « C’est assez injuste », dénonce un viticulteur

Taxe sur les vins à 25 % : « C’est assez injuste », dénonce un viticulteur

Au micro d’Alexandre Poussart sur Public Sénat, Benoît Trocard, viticulteur dans une exploitation bordelaise active depuis 1620, revient sur la taxe américaine à hauteur de 25 % sur les vins français. Pour lui, maintenir la présence de son entreprise sur le marché américain, malgré cette taxe, est essentiel afin de ne pas « se faire prendre la place par d'autres pays exportateurs ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« On est taxé directement pour des raisons de politique internationale et d'économie mondiale, qui concernent l'Union européenne et ses dirigeants et pas la viticulture française », dénonce Benoît Trocard, viticulteur à Bordeaux. Au micro d'Alexandre Poussart sur Public Sénat, Benoît Trocard est revenu sur la taxe « tarif » de 25 % qui s’applique sur tous les vins français importés aux États-Unis depuis 2019.

« Concrètement, sur un chiffre d’affaires de 400 000 euros, on est déjà en retard de 100 000 euros par rapport à l’année dernière », affirme Benoît Trocard. Alors, le viticulteur essaye de limiter la casse, en multipliant les rencontres avec ses clients outre-Atlantique. « Parce qu'on ne peut pas perdre de parts de marché », justifie-t-il. « On adapte un peu nos tarifs en les baissant et chaque importateur prend une petite partie à sa charge […] pour essayer de maintenir nos référencements et nos ventes ».

« L’idée est de maintenir la présence de nos vins de Bordeaux pour ne pas se faire prendre la place par d'autres pays exportateurs, comme l’Italie qui n’est pas impactée », explique Benoît Trocard. « C’est pour nous quelque chose d’assez injuste », affirme-t-il. « On a demandé de l’aide au gouvernement français pour aider les viticulteurs qui sont victimes de ces problèmes d’exportation vers les États-Unis ».

Dans la même thématique

Installation dans un champ d’un panneau indiquant Votre alimentation commence ici
7min

Société

Agriculture : qu’est-ce que les « clauses miroirs » que demandent les agriculteurs ?

Le terme revient souvent dans la crise agricole. Les « clauses » et « mesures miroirs », qu’exigent les agriculteurs, sont un moyen d’éviter une concurrence déloyale. L’idée est d’imposer aux pays tiers les mêmes normes environnementales que celles exigées en France et en Europe aux agriculteurs. Si le gouvernement affiche son volontarisme, leur mise en œuvre est complexe et semée d’embûches…

Le

MARIA RESSA : PRESS CONFERENCE AT RSF PARIS
7min

Société

Respect du pluralisme sur CNews : « Il ne s’agit pas d’encadrer la liberté d’expression, mais de faire respecter la loi », assure Christophe Deloire

Après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle du respect du pluralisme par la chaîne CNews, Reporters sans frontières est accusé par les médias du milliardaire Vincent Bolloré de porter atteinte à la liberté d’expression. Après avoir reçu le soutien d’une vingtaine d’avocats, RSF se dit déterminé à vouloir faire appliquer la loi.

Le

Taxe sur les vins à 25 % : « C’est assez injuste », dénonce un viticulteur
5min

Société

« Mon grand-père a toujours pensé qu'il devait sa vie au fait que Manouchian n'avait pas parlé sous la torture », raconte Pierre Ouzoulias

Petit-fils d’un militant communiste qui a combattu avec Missak Manouchian, le sénateur Pierre Ouzoulias estime que la panthéonisation de ce résistant fusillé par les Allemands scelle « la réconciliation » des Résistances communistes et gaullistes autour de « la vocation fortement universelle et universaliste de la France ».

Le

permis
8min

Société

Permis de conduire : le projet de loi européen visant à mettre fin au permis à vie cristallise les tensions

Un projet de loi européen, qui sera soumis au vote du Parlement fin février et porté par la députée européenne écologiste française Karima Delli, propose de modifier la directive européenne sur la durée de validité du permis de conduire en fixant notamment une visite médicale obligatoire à l’obtention du permis, puis tous les 15 ans. A partir de 70 ans en revanche, la mesure est renforcée par un contrôle tous les 5 ans. Objectif ? « Zéro mort » sur les routes à l’horizon 2050.

Le