Téléphones, frigos, cafetières: toujours plus d’appareils orientés vers le recyclage

Téléphones, frigos, cafetières: toujours plus d’appareils orientés vers le recyclage

La collecte de vieux appareils électriques et électroniques pour être réutilisés, recyclés ou utilisés pour produire de l'énergie...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La collecte de vieux appareils électriques et électroniques pour être réutilisés, recyclés ou utilisés pour produire de l'énergie continue à augmenter, la barre des 10 kg par habitant ayant même été franchie en 2016, s'est félicité mardi Eco-systèmes, le principal organisme collecteur.

"Nous sommes passés de 9 à 10 kg par an et par habitant entre 2015 et 2016, ce qui place la France en tête des grands pays européens", mais derrière la Suisse et les pays scandinaves qui avaient mis en place des filières plus tôt, indique Christian Braibant, le directeur général d'Eco-systèmes, lors de la présentation du bilan annuel.

Les appareils concernés sont le petit et gros électroménager (frigo, machine à laver, four cafetière, sèche-linge, grille-pain, etc), les jouets électriques et l'électronique (ordinateur, tablette, TV, appareil photos, etc).

Eco-systèmes, qui capte près de 80% de la collecte dans l'Hexagone, a été créé en 2006 et en 2007, seulement 2,5 kg/habitant avaient été récupérés. Pour 2019, l'Union européenne a fixé un objectif correspondant à environ 14 kg par habitant.

"Nous sommes conscients qu'il y a encore beaucoup de travail à faire mais nous sommes néanmoins satisfaits d'avoir une collecte qui combine des volumes importants et une qualité de traitement, grâce à la mise en place de normes pour le traitement de ces déchets", souligne M. Braibant.

En volume, cela représente 666.000 tonnes collectées en 2016, dont 517.000 par Eco-systèmes.

La collecte se fait par différents canaux: les déchetteries récupèrent plus de la moitié du tonnage et les distributeurs (enseignes de grandes distributions, magasins spécialisés, etc.) environ 1/5.

Le reste transite via les acteurs de l'économie sociale et solidaire (Emmaüs, Envie, etc.) ou par des récupérateurs professionnels (près de 15%).

C'est ce dernier segment qui a le plus augmenté ces deux dernières années grâce à des partenariats conclus avec des professionnels (installateurs de cuisine, de chauffage, de climatiseurs, etc.) qui s'engagent à confier les appareils repris à leurs clients à des prestataires spécialisés pour la dépollution (gaz des frigos par exemple) et le recyclage (métaux par exemple).

"Nous avons désormais 380 contrats de partenariat", précise Christian Braibant, en rappelant qu'il y en avait aucun il y a deux ans.

Pour orienter ses futures actions, Eco-sytèmes a cherché à mieux connaître les appareils gardés par les Français et pourtant plus utilisés.

En fonction de la taille de l'habitation, les Français ont chez eux entre 73 et 118 objets électriques et électroniques (soit une moyenne de 99) et entre 5 et 11 sont en fait inutilisés, qu'ils fonctionnent ou pas.

L'objet le plus fréquemment stocké mais plus utilisé est l'appareil photo, suivi du téléphone portable.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le