Transition écologique: des acteurs économiques pour “inspirer” le gouvernement

Transition écologique: des acteurs économiques pour “inspirer” le gouvernement

Un "laboratoire d'idées" composé de personnalités du monde économique ou scientifique va "accompagner" et "inspirer" le travail...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Un "laboratoire d'idées" composé de personnalités du monde économique ou scientifique va "accompagner" et "inspirer" le travail de Nicolas Hulot pour mettre en place la transition écologique, a indiqué le ministère de la transition écologique et solidaire vendredi.

Energies renouvelables, mobilité, économie circulaire, fiscalité écologique... Ce comité de l'Accélérateur de la transition écologique, qui s'est réuni pour la première fois vendredi sous la présidence du patron de Michelin Jean-Dominique Senard, doit "accompagner et stimuler" les réflexions du ministère pour la mise en place des politiques liées à la transition écologique.

"Les révolutions auxquelles nous avons à faire face nécessitent une action déterminée et une mobilisation générale pour nous permettre d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050", a commenté Nicolas Hulot, qui a souligné vouloir "réconcilier économie et écologie".

"C’est pour cela que j’ai souhaité mettre en place un laboratoire d’idées composé de personnalités essentiellement du monde économique, complémentaires et aux profils très variés, capables d’inspirer nos décisions et de mener avec moi un mouvement positif de transformation écologique de notre économie", a-t-il ajouté.

Rejetant l'idée d'un "énième comité qui produira un énième rapport", le ministre a appelé les membres de ce comité qui aura une mission d'accompagnement "dans la durée" à être "audacieux, disruptifs, ne pas hésiter à nous bousculer".

Ce comité de 15 membres est composé principalement de personnalités du monde économique (le directeur général de BNP Paribas Jean-Laurent Bonnafé, le PDG de Saint-Gobain Pierre-André de Chalendar, l'ex-patronne du Medef Laurence Parisot) mais aussi de la recherche (la spécialiste des écosystèmes océaniques Françoise Gaill) ou politique (l'eurodéputé vert luxembourgeois Claude Turmes).

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le