Ukraine : les candidats à la présidentielle saluent une réunion « utile » autour du premier ministre

Ukraine : les candidats à la présidentielle saluent une réunion « utile » autour du premier ministre

Le premier ministre Jean Castex a reçu les candidats à l’élection présidentielle pour les informer de l’état de la situation, au cinquième jour de guerre en Ukraine. Une forme « d’unité nationale », qui reste fragile, semble émerger pour condamner l’attaque Russe et soutenir les sanctions. Mais « l’après » fait débat.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

La gravité de la crise en Ukraine met la campagne électorale en suspens. Fait exceptionnel en temps de campagne électorale, tous les candidats ou presque se sont retrouvés à Matignon, lors d’une réunion autour de Jean Castex sur la guerre en Ukraine, ce lundi. Une rencontre de deux heures, « dans un esprit de gestion démocratique et républicaine de la crise », a expliqué à la sortie le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, afin de « partager les informations dont nous disposons », avec les candidats.

« Préparer l’après, pour établir un plan de sécurité en Europe »

Valérie Pécresse a apprécié « une information très complète donnée par le premier ministre et le gouvernement ». La candidate LR « salue la fermeté et la solidarité dont l’Europe a fait preuve. Je souhaite qu’elle s’ancre dans la durée, car nous devons viser un cessez-le-feu. Pour cela, il faut que le rapport de force avec Poutine se maintienne. […] Les sanctions ne feront effet que dans la durée » (voir la première vidéo). « Cette épreuve met au défi de penser la sécurité européenne différemment », ajoute Valérie Pécresse.

Eric Zemmour a salué aussi « une longue information très utile, très intéressante ». Alors que Marine Le Pen n’a pas parlé à la sortie, pour le candidat d’extrême droite, il faut « surtout, au-delà des sanctions, de la nécessaire fermeté, préparer l’après, pour établir un plan de sécurité en Europe. Et que la France soit à l’initiative ». Valérie Pécresse à quelques mètres de lui, il se dit au passage « heureux de voir qu’une autre candidate ait repris (sa) proposition d’envoyer M. Sarkozy ou Védrine, si possible, comme émissaires de la France ».

« Nous avons pu parler des réfugiés »

Nicolas Dupont-Aignan a quant à lui qualifié la réunion « d’utile » et d’« un peu inquiétante ». « Après ces premières sanctions, il y a quoi derrière ? » interroge le candidat, qui pense que « la France doit proposer un plan de paix, avec un vrai statut pour l’Ukraine, en échange d’un retrait des troupes russes ». Pour ce qui est de la campagne, « le premier ministre a donné sa bonne volonté, mais s’il n’y a pas de campagne, l’élection sera volée aux Français ».

A gauche, Anne Hidalgo a elle aussi apprécié « une réunion utile, importante ». Elle « soutient très fortement les initiatives européennes de sanctions pour peser sur les décisions de Poutine » et « bien sûr, je soutiens les initiatives de la France renforçant à la fois les mesures de sanctions économiques mais aussi les efforts de soutien aux Ukrainiens ». Enfin, « nous avons pu parler des réfugiés, de la coordination nécessaire avec les collectivités territoriales ».

« Il faut de l’unité nationale, il faut de l’unité européenne »

Le candidat PCF, Fabien Roussel, souligne que « si la situation est grave, l’ensemble des mesures qui ont été prises par la France et l’Union européenne permettront d’ouvrir des espaces de dialogue, nous l’espérons, pour obtenir un cessez-le-feu ». Jean-Luc Mélenchon, lui, n’a pas répondu à l’invitation.

« Il faut de l’unité nationale, il faut de l’unité européenne, si on veut la plus grande fermeté pour combattre Vladimir Poutine », a réagi pour sa part Yannick Jadot. Le candidat écologiste souligne l’importance « de repenser très vite la souveraineté énergétique européenne, notamment en s’affranchissant de notre dépendance au gaz », que la Russie fournit en grande part.

Le candidat EELV appelle à reprendre réellement la campagne. « Les Français méritent ce grand débat. Est-ce qu’on a besoin de l’Union européenne ou pas ? Les positions sont divergentes. Comment on impose les valeurs de la République dans notre politique étrangère ? Comment on répond au défi du climat et du pouvoir d’achat ? » demande Yannick Jadot. Autant de sujets qui restent pour l’heure de côté, du fait de la crise.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Ukraine : les candidats à la présidentielle saluent une réunion « utile » autour du premier ministre
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le