Un temps approché par elle, Macron dit son “estime” pour Parisot

Un temps approché par elle, Macron dit son “estime” pour Parisot

Emmanuel Macron a exprimé mardi à Lille son "estime" pour l'ex-présidente du Medef Laurence Parisot, qui avait rappelé la veille...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Emmanuel Macron a exprimé mardi à Lille son "estime" pour l'ex-présidente du Medef Laurence Parisot, qui avait rappelé la veille qu'elle avait failli l'embaucher il y a dix ans comme directeur général de l'organisation patronale.

Sur le plateau de BFMTV lundi soir, Mme Parisot avait indiqué qu'elle avait songé à M. Macron pour ce poste. "C'était en 2006 et c'est vrai, je venais de prendre la présidence du Medef, je cherchais un directeur général, a-t-elle raconté. J'ai vu un candidat brillant, c'est incontestable, deux ou trois entretiens, il a hésité, mais il m'a dit que, comme il pensait plus tard s'engager en politique, il voulait peut-être éviter de passer par cette organisation dans la première étape de sa vie publique."

"Je ne l'ai pas souhaité, parce que j'étais à ce moment-là fonctionnaire, je suis resté haut fonctionnaire et après je suis allé faire d'autres choix professionnels", a expliqué mardi Emmanuel Macron, qui travailla ensuite un temps à la Banque Rothschild, à partir de fin 2008, puis rejoignit l'Elysée avec François Hollande en 2012.

Comme la presse lui demandait s'il était "flatté" ou au contraire "gêné" par le rappel de la proposition de Mme Parisot, toujours propriétaire de l'entreprise de sondages IFOP, le candidat à la présidentielle a répondu: "C'est un clin d'oeil que je trouve tout à fait sympathique de la part de Laurence Parisot pour qui j'ai de l'estime, mais je pense que ça n'a pas grand intérêt."

Dans la même thématique

Paris: Rassemblement national deputes legislatives Assemblee nationale
5min

Politique

Rentrée des députés RN à l’Assemblée : « Ils veulent montrer que le chaos et la pagaille, ce n’est pas eux »

Les troupes de Marine Le Pen ont fait leur entrée mercredi à l'Assemblée nationale, et ont promis d'être « irréprochables »afin d'arriver « demain » aux responsabilités. Dans l’hémicycle, le parti à la flamme et ses alliés devraient compter 143 députés, contre 88 en 2022. Il n’a jamais compté autant d’élus au Palais Bourbon.

Le