Un Train de la présidentielle sur les rails jusqu’au 13 avril

Un Train de la présidentielle sur les rails jusqu’au 13 avril

Un Train de la présidentielle entamera dimanche un tour de France jusqu'au 13 avril pour présenter dans 31 villes étapes l...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Un Train de la présidentielle entamera dimanche un tour de France jusqu'au 13 avril pour présenter dans 31 villes étapes l'histoire de l'élection présidentielle sous la Ve République à travers le couple politique et médias, a annoncé jeudi la SNCF.

Initiée par France Télévisions, Radio France, France Médias Monde, l’INA, le Groupe Randstad France et la SNCF, et avec le soutien de l’AFP et de la Documentation française, cette manifestation sera l'occasion de raconter les coulisses de l'élection présidentielle.

Des master classes seront organisées pour le grand public et les scolaires dans la plupart des étapes.

Ce train de plus de 300 mètres de long et composé de 13 voitures s’arrêtera dans 31 villes étapes de 12 régions métropolitaines. Il va parcourir 6.000 kilomètres.

Le Train de la Présidentielle sera ouvert au public à partir de dimanche en gare de Paris-Lyon. Il fera l’objet d’un lancement officiel en direct du journal télévisé de 20H de France 2 ainsi que sur l’antenne radio de franceinfo, en présence notamment des présidents de la SNCF et de l'AFP, Guillaume Pepy et Emmanuel Hoog.

Il se rendra ensuite à Amiens, première étape d'un périple de près de six semaines qui s'achèvera à Reims via notamment Lille, Caen, Nantes, Tours, Toulouse, Marseille, Lyon ou Strasbourg.

Dans la même thématique

Paris: Gerard Larcher elu President du Senat
7min

Politique

Projet de loi immigration : Éric Ciotti au chevet d’une droite sénatoriale de plus en plus agacée par les critiques des députés LR

Le président des LR, Éric Ciotti, était au Sénat mardi matin pour appeler les parlementaires de son parti à « l’unité ». Les critiques des députés LR sur le projet de loi immigration adopté mi-novembre par la majorité sénatoriale de droite et du centre ont nourri un vif agacement au Palais du Luxembourg. Au point que certains hésiteraient même à rompre leur rattachement au parti.

Le