Une 2e journée de solidarité, une idée qui « mérite d’être considérée », selon Philippe Bas

Une 2e journée de solidarité, une idée qui « mérite d’être considérée », selon Philippe Bas

L’idée de créer une deuxième journée de solidarité pour financer la perte d’autonomie des personnes âgées recueille les faveurs de Philippe Bas, ministre délégué à la Sécurité sociale et aux Personnes âgées sous le quinquennat de Jacques Chirac.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le prix d’une place en Ehpad atteignait en France 1949 euros en moyenne en 2016. Passées les aides publiques, le reste à charge reste encore important pour les résidents de ces établissements, et pour leurs familles. « Je pense qu’il faut mettre de la solidarité dans le financement de la dépendance », considère le sénateur (LR), Philippe Bas, interrogé sur la pertinence d’une possible cinquième branche dédiée à la perte d’autonomie, au sein de la Sécurité sociale.

Comment financer cette prise en charge, qui constitue selon l’ancien ministre délégué à la Sécurité sociale et aux Personnes âgées sous Jacques Chirac un « enjeu de civilisation » ? Peu d’options selon lui. « Ce qui est certain, c’est qu’il ne faut pas faire un nouvel impôt », explique-t-il au micro de Sénat 360, ajoutant que des économies et une meilleure gestion des ressources de l’Assurance maladie ne « suffiront pas ».

Le président de la commission des lois voit en revanche d’un bon œil la création d’une nouvelle journée de solidarité comme source de financement, lui qui était secrétaire général de l’Élysée au moment de la transformation du lundi de Pentecôte en journée de solidarité à partir de 2004. C’est une idée « qui mérite d’être considérée de manière très sérieuse ».

Jusqu’à présent, il ne s’agit encore que d’une hypothèse « parmi d’autres », selon la ministre de la Santé.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Une 2e journée de solidarité, une idée qui « mérite d’être considérée », selon Philippe Bas
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le