Une écotaxe qui ne dit pas son nom

Une écotaxe qui ne dit pas son nom

Dimanche 23 septembre, le nouveau ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a évoqué « une vignette » pour taxer les poids-lourds en France. Une disposition qui rappelle l’écotaxe, lancée puis abandonnée par le gouvernement précédent.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Quatre ans après la mise à mort, actée par Ségolène Royal, le cadavre de l’écotaxe continue de bouger. Fin juillet, le magazine Capital révélait que quatre sociétés de télépéage venaient d’obtenir gain de cause devant la justice après l’abandon de cette taxe controversée. L’une d’elle a obtenu un dédommagement de 10 millions d’euros tandis que les trois autres attendent de connaitre le montant des indemnisations. Selon la Cour des comptes, la facture totale du fiasco dépasse le milliard d’euros.

C’est donc dans un contexte tendu que le gouvernement d’Edouard Philippe réfléchit à une « forme de vignette » pour les poids-lourds, selon le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, interrogé le 23 septembre sur BFMTV. Mais ne parlez pas d’un retour de l’écotaxe, un « mauvais exemple d’une mauvaise gestion de la fiscalité écologique » selon l’ancien député vert. « Donc on ne le refait pas » tranche-t-il.

Pourtant, le principe y ressemble fortement. Exit les portiques décriés, place à une vignette accolée au pare-brise des poids-lourds, « notamment pour permettre de taxer en quelque sorte les camions étrangers qui ne font que traverser la France » assure François de Rugy. « Il y en a qui ne font même pas un plein de carburant, donc ils ne paient même pas les taxes sur les carburants et ils ne paient pas l’usure des routes. »

La sortie fait écho aux propos d’Elisabeth Borne, en mai dernier, sur Public Sénat. « L’idée c’est de faire participer davantage les poids lourds, notamment les poids lourds en transit, au financement de nos infrastructures, » expliquait la ministre des Transports. «  Je l’ai dit très clairement, il n’est pas question de revenir à l’écotaxe, et de toute façon, tout se fera en concertation avec les professionnels concernés. »  L’accident du viaduc de Gênes a rappelé l’urgence de réinvestir dans les infrastructures routières.

Taxe poids lourds : « Il n’est pas question de revenir à l’écotaxe » déclare Elisabeth Borne
01:22

Reste un problème de taille : faire accepter une mesure qui a pourtant fait reculer les socialistes, face à la fronde des Bonnets rouges. L’astuce consiste donc à ne taxer que les poids-lourds étrangers mais l’idée est, dans les faits, impossible. La directive européenne « eurovignette » de 1999 interdit ainsi d’imposer ce système aux seuls camions étrangers. Berlin a bien tenté de mettre en place une vignette uniquement  pour les voitures non-allemandes, Bruxelles s’y est formellement opposé. La fameuse vignette devra donc s’appliquer aussi aux Français mais les syndicats sont d’ores et déjà opposés à cette mesure. « La concertation pour nous, c'est simple : c'est non » prévient Florence Berthelot, déléguée générale de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) sur France Info.

L’autre question sera le montant retenu. Les portiques permettaient de taxer en fonction du nombre de kilomètres effectués tandis que la vignette devrait fonctionner sur un temps défini. Pour l’ancien Secrétaire d'Etat chargé des Transports, Dominique Bussereau, cette nouvelle écotaxe aura un « rendement financier assez insignifiant.»

Réponse courant 2019 ou 2020 si elle est intégrée à la loi d’orientation des mobilités, attendue dans les semaines à venir.

Dans la même thématique

Une écotaxe qui ne dit pas son nom
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Une écotaxe qui ne dit pas son nom
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Une écotaxe qui ne dit pas son nom
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le