Unef : « Le gouvernement est complice, je réclame des sanctions », assène Bruno Retailleau

Unef : « Le gouvernement est complice, je réclame des sanctions », assène Bruno Retailleau

Le président du groupe Les Républicains au Sénat a réclamé des sanctions à l’encontre du syndicat étudiant qui a reconnu avoir organisé des « ateliers non mixtes » et assuré que le gouvernement se rendait « complice » d’une telle action en restant dans l’inaction.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

La nécessité de sanctions. C’est la demande de Bruno Retailleau à l’encontre du syndicat étudiant de gauche l’Unef. Alors que le syndicat étudiant a reconnu avoir autorisé la mise en place d’ateliers non mixtes, une trentaine de sénateurs Les Républicains demandent la dissolution de l’Unef. Au micro de Public Sénat, ce mercredi, le président du groupe Les Républicains au Sénat est revenu sur le sujet, et réclame des « sanctions » à l’encontre de la formation étudiante. « Pour moi, le gouvernement est complice, je réclame des sanctions sévères », assure-t-il. « Je demande d’abord une sanction pénale, et une sanction dans les subventions. Les Français veulent-ils que de l’argent public aille à un syndicat étudiant qui racise ses ateliers ? »

Stéphane Le Rudelier : "L'Unef va contre les valeurs de la République"
01:12

 

Au micro de Public Sénat, ce mercredi, le sénateur Stéphane Le Rudulier a lui aussi réclamé des mesures fortes à l’encontre du syndicat, le comparant au groupuscule d’extrême droite récemment dissout Génération identitaire. « Ce sont les mêmes causes, même si l’objet est différent. On promeut le communautarisme, on organise des groupes racialisés, des réunions non mixtes interdites aux blancs. » « Ils alimentent la polémique lancée par le gouvernement » rétorque le sénateur socialiste Rémi Cardon. « Le sujet d’actualité devrait être l’urgence sociale chez les jeunes. Pourrait-on revenir à un débat qui a du sens ? Il y a eu effectivement une dérive dans les propos, mais le sujet est celui de l’urgence sociale chez les jeunes. Les sénateurs LR et le gouvernement sont encore une fois déconnectés de l’actualité », tacle Rémi Cardon.

Dans la même thématique

Installation dans un champ d’un panneau indiquant Votre alimentation commence ici
7min

Société

Agriculture : qu’est-ce que les « clauses miroirs » que demandent les agriculteurs ?

Le terme revient souvent dans la crise agricole. Les « clauses » et « mesures miroirs », qu’exigent les agriculteurs, sont un moyen d’éviter une concurrence déloyale. L’idée est d’imposer aux pays tiers les mêmes normes environnementales que celles exigées en France et en Europe aux agriculteurs. Si le gouvernement affiche son volontarisme, leur mise en œuvre est complexe et semée d’embûches…

Le

MARIA RESSA : PRESS CONFERENCE AT RSF PARIS
7min

Société

Respect du pluralisme sur CNews : « Il ne s’agit pas d’encadrer la liberté d’expression, mais de faire respecter la loi », assure Christophe Deloire

Après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle du respect du pluralisme par la chaîne CNews, Reporters sans frontières est accusé par les médias du milliardaire Vincent Bolloré de porter atteinte à la liberté d’expression. Après avoir reçu le soutien d’une vingtaine d’avocats, RSF se dit déterminé à vouloir faire appliquer la loi.

Le

Unef : « Le gouvernement est complice, je réclame des sanctions », assène Bruno Retailleau
5min

Société

« Mon grand-père a toujours pensé qu'il devait sa vie au fait que Manouchian n'avait pas parlé sous la torture », raconte Pierre Ouzoulias

Petit-fils d’un militant communiste qui a combattu avec Missak Manouchian, le sénateur Pierre Ouzoulias estime que la panthéonisation de ce résistant fusillé par les Allemands scelle « la réconciliation » des Résistances communistes et gaullistes autour de « la vocation fortement universelle et universaliste de la France ».

Le

permis
8min

Société

Permis de conduire : le projet de loi européen visant à mettre fin au permis à vie cristallise les tensions

Un projet de loi européen, qui sera soumis au vote du Parlement fin février et porté par la députée européenne écologiste française Karima Delli, propose de modifier la directive européenne sur la durée de validité du permis de conduire en fixant notamment une visite médicale obligatoire à l’obtention du permis, puis tous les 15 ans. A partir de 70 ans en revanche, la mesure est renforcée par un contrôle tous les 5 ans. Objectif ? « Zéro mort » sur les routes à l’horizon 2050.

Le