Universités: 10 millions d’euros supplémentaires pour l’accompagnement des étudiants

Universités: 10 millions d’euros supplémentaires pour l’accompagnement des étudiants

La ministre de l'Enseignement supérieur a annoncé le déblocage de 10 millions d'euros supplémentaires pour financer les "parcours...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La ministre de l'Enseignement supérieur a annoncé le déblocage de 10 millions d'euros supplémentaires pour financer les "parcours personnalisés" créés par la réforme de l'accès à l'université, des modules d'accompagnement auxquels devront assister les jeunes acceptés sous conditions dans la filière de leur choix.

Ces "parcours personnalisés" ont été introduits par la loi réformant les conditions d'accès à l'université. Ils visent à réduire le taux d'échec en première année. Ils interviennent lorsqu'un jeune reçoit comme réponse un "oui si" à sa demande d'inscription dans une filière non sélective.

Il doit alors se diriger vers une année de remise à niveau ou vers des modules de cours supplémentaires. Si le jeune refuse ce parcours, il ne sera pas accepté dans la formation.

"Je n'ai jamais entendu un collègue dire que des modules d'accompagnement pour aider leurs élèves à réussir n'étaient pas une bonne idée. Jamais", déclare la ministre Frédérique Vidal dans un entretien publié par Libération dans son édition de lundi.

Mais certaines universités ont exprimé la crainte de ne pouvoir financer cet accompagnement.

"La seule crainte, c'est le coût financier. J'ai entendu cette crainte: le Premier ministre vient de débloquer 10 millions d'euros supplémentaires pour répondre à ces attentes. Huit millions seront fléchés pour ces modules d'accompagnement et les deux autres viendront s'ajouter aux six déjà débloqués pour mieux indemniser les enseignants-chercheurs", a-t-elle détaillé.

Les adversaires de la loi dénoncent l'introduction d'une "sélection" déguisée à l'université, ce dont le gouvernement se défend.

Près de 888.000 candidats se sont inscrits sur la nouvelle plateforme Parcoursup et ont formulé quelque 7 millions de vœux pour entamer des études après le bac, selon les chiffres publiés après la clôture des inscriptions mardi. Les réponses commenceront à tomber le 22 mai.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Universités: 10 millions d’euros supplémentaires pour l’accompagnement des étudiants
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le