Valls quitte la France “avec le goudron et les plumes” dit Faure

Valls quitte la France “avec le goudron et les plumes” dit Faure

L'ancien Premier ministre Manuel Valls, désormais candidat à la mairie de Barcelone, quitte la France "avec le goudron et le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L'ancien Premier ministre Manuel Valls, désormais candidat à la mairie de Barcelone, quitte la France "avec le goudron et le plumes", a jugé dimanche son ancien camarade de parti Olivier Faure.

Selon le premier secrétaire du PS, interrogé lors du Grand Rendez-Vous CNEWS-Europe 1-Les Échos, celui qui s'apprête à démissionner de l'Assemblée serait "l'un des hommes politiques aujourd'hui les plus détestés dans ce pays."

"Il voit bien qu'aujourd'hui, il n'a pas d'avenir avec La République en marche", le parti d'Emmanuel Macron, et "voyant que son avenir présidentiel est entravé, il a fait le choix de partir".

M. Faure a dit dimanche se souvenir qu'au moment des primaires de la gauche, fin 2016, l'ancien Premier ministre "avait fait à Évry une déclaration d'amour pour cette agglomération et les Évryens, en disant qu'il n'y avait qu'eux dans sa vie".

"Un an et demi plus tard", a-t-il poursuivi, "ils le voient faire la même déclaration à Barcelone. Je pense qu'il y a de leur part une grande déception."

Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a estimé de son côté sur France 3, dans l'émission "Dimanche en politique", que Manuel Valls était "nuisible en toute circonstance": à Évry "il nous a fait une histoire pas possible aux élections que normalement on aurait dû gagner", et à Barcelone il va "affronter une sorte d'Insoumise", la maire sortante Ada Colau, "membre de la coalition européenne +Maintenant le peuple+".

"Donc on va le battre deux fois", une à Évry et une à Barcelone, "et voilà comment on règle les problèmes en démocratie, c'est par les bulletins de vote", a-t-il lancé.

Manuel Valls a annoncé mardi qu'il serait candidat aux municipales à Barcelone en mai 2019. Il sera l'invité du journal de 20H00 de France 2 dimanche, puis de radios lundi, avant de faire ses adieux mardi à l'Assemblée nationale.

M. Valls a été le maire d'Evry de 2001 à 2012.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Valls quitte la France “avec le goudron et les plumes” dit Faure
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le