Wauquiez: LR ne doit pas avoir de “double discours” sur la SNCF

Wauquiez: LR ne doit pas avoir de “double discours” sur la SNCF

Les Républicains (LR) ne doivent pas avoir de "double discours", et leurs députés ont donc voté la réforme de la SNCF par ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Les Républicains (LR) ne doivent pas avoir de "double discours", et leurs députés ont donc voté la réforme de la SNCF par "sincérité" et "honnêteté", a expliqué mercredi leur président, Laurent Wauquiez.

Sur les 102 membres du groupe Les Républicains au Palais Bourbon, 74 ont voté pour la réforme mardi en première lecture, 24 se sont abstenus et deux ont voté contre, dont l’un des secrétaires généraux adjoints du parti, Julien Aubert.

"Ce que j’ai souhaité est très simple, je me suis engagé dessus avec (le président du groupe) Christian Jacob: que les Républicains n’aient pas de double discours. C’était pour moi à la fois une question d’honnêteté et de sincérité", a déclaré M. Wauquiez sur RTL.

"Ça fait des années qu’on dit qu’il faut qu’on change le statut des cheminots. Et donc pour moi c’était absurde de ne pas voter cette loi. Bien sûr on peut la critiquer, elle ne va pas assez loin, il y a des points sur lesquels ce n’est pas clair", mais "c’est une bonne nouvelle pour l’entreprise", a poursuivi le président d’Auvergne-Rhône-Alpes.

"C’est aussi une façon de marquer que notre opposition sur certains sujets sera très déterminée -les question de la CSG, du gaspillage de l’argent public, de l’immigration-, mais que quand c’est dans l’intérêt de la France, ce n’est pas un problème pour nous de soutenir des réformes auxquelles on croit", a expliqué M. Wauquiez.

Interrogé sur la grève des cheminots, le patron de LR souhaite que le gouvernement "arrive à être beaucoup plus ferme sur le respect du service minimum". "Qu’il y ait le droit de grève, pas de problème, mais qu’on puisse aller jusqu’à bloquer aussi lourdement, aussi longtemps, des milliers de Français qui vont travailler chaque jour, c’est un problème".

"Je souhaiterais que dans la réforme de la Constitution, on puisse inclure une évolution de la définition du service minimum, pour mieux protéger ceux qui vont travailler chaque jour", a-t-il dit.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Wauquiez: LR ne doit pas avoir de “double discours” sur la SNCF
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le