« A travers la Palestine, Monsieur Mélenchon drague l’électorat musulman », affirme Bruno Retailleau

« Depuis très longtemps, je dénonce l’attitude communautariste de LFI », affirme le président du groupe LR du Sénat, alors qu’un député LFI a brandi le drapeau palestinien, mardi, lors des questions d’actualité au gouvernement.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Au lendemain de la polémique, à l’Assemblée nationale, où un député LFI a brandi un drapeau palestinien dans l’hémicycle, le président du groupe LR du Sénat, Bruno Retailleau, a dénoncé au micro de Public Sénat cet acte.

« Ce que je ne supporte pas, c’est la brutalisation du débat public, c’est aussi une forme d’instrumentalisation de la violence », « j’ai entendu des invectives », souligne le sénateur LR de Vendée. « Et depuis très longtemps, je dénonce l’attitude communautariste de LFI. Evidemment, à travers la Palestine, c’est Monsieur Mélenchon qui drague l’électorat musulman. Et à travers l’antisionisme, c’est le masque de l’antisémitisme », dénonce Bruno Retailleau, qui pointe encore « l’instrumentalisation de la cause palestinienne, qui est une juste cause, et finalement une forme d’islamisation. […] Le Hamas a islamisé la cause palestinienne ».

Alors que l’Espagne, l’Irlande et la Norvège viennent de reconnaître l’Etat palestinien, il n’écarte pas le principe, mais pas maintenant. « Nous sommes pour la reconnaissance des deux Etats, c’est une ligne gaullienne », ajoute Bruno Retailleau, « mais reconnaître aujourd’hui l’Etat palestinien, ce serait reconnaître une victoire éblouissante au Hamas. Cela voudrait dire, assassinez, et vous obtiendrez gain de cause ».

Dans la même thématique

« A travers la Palestine, Monsieur Mélenchon drague l’électorat musulman », affirme Bruno Retailleau
6min

Parlementaire

Financiarisation du football : « Nous n’avons pas le droit d’intervenir dans le choix du fonds d’investissement retenu par la ligue », assure le conseiller sport de l’Elysée

La commission d’enquête sénatoriale sur la financiarisation du football a auditionné mercredi, Cyril Mourin, conseiller sport de l’Elysée. Les élus ont souhaité connaitre son implication dans l’accord très contesté, conclu entre la Ligue de football professionnel (LFP) et le fonds d’investissement CVC en 2022.

Le