Droits TV dans le football : « Pour un gain de cash à court terme, on hypothèque dangereusement l’avenir »

La commission d’enquête sur la financiarisation du football français débute ses auditions et entend Pierre Maes, consultant spécialiste des droits TV. L’expert est extrêmement critique de la décision de la Ligue de football professionnel de céder 13 % de ses parts à un fonds d’investissement luxembourgeois.
Rose Amélie Becel

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Au mois d’avril, la commission de la culture du Sénat a débuté sa commission d’enquête sur la financiarisation du football français. Des travaux qui s’inscrivent dans le contexte de la création – il y a deux ans – d’une société commerciale par la Ligue de football professionnel (LFP), chargée de commercialiser les droits TV des championnats français, la Ligue 1 et la Ligue 2.

Au moment de la mise en place de cette société, la LFP a décidé de céder 13 % de ses parts à CVC, un fonds d’investissement luxembourgeois. En janvier 2024, le Parquet national financier a ouvert une enquête, après une plainte dénonçant un possible détournement de fonds publics au moment de la création de cette société commerciale.

« Tout cela a été fait avec un empressement qui montre que cette décision n’est pas stratégique »

Un contexte qui suscite de nombreuses interrogations et inquiétudes, alors que les finances des clubs de football français sont directement impactées par les tractations opaques menées au sein de cette société commerciale. « En Europe, la part des droits TV dans le budget des clubs s’élève en moyenne à 50 %, pour les petits clubs cela peut aller jusqu’à 90 %. C’est gigantesque ! », explique Pierre Maes.

L’expert des droits TV du football, auditionné par le Sénat ce 7 mai, est extrêmement critique de l’accord noué entre la LFP et CVC : « Tout cela a été fait avec un empressement qui montre que cette décision n’est pas stratégique. Pour un gain de cash à court terme, on hypothèque dangereusement l’avenir du football. »

Frappé par la crise du Covid, la Ligue, cherchant à renflouer rapidement ses caisses, a en effet accepté de céder 13 % des parts de sa société commerciale à CVC, en échange de 1,5 milliard d’euros. « Le chiffre de 13 % représente deux choses : la part d’actionnariat que détient CVC et la ponction que va faire le fonds d’investissement sur les revenus de la Ligue et des clubs chaque année. Sur le chiffre d’affaires de la Ligue, le paiement de la CVC est prioritaire, avant tout le monde », détaille Pierre Maes.

Une répartition des fonds « aberrante » entre les clubs

Un accord aux conditions floues, estime Pierre Maes, indiquant que personne ne connaît l’identité précise des investisseurs au sein de CVC, ou encore que personne n’est informé des conditions qui entourent une éventuelle vente des actions détenues par le fonds d’investissement.

Ces tractations seraient aussi manifestement défavorables à une large partie des clubs de football français. En effet, sur les 1,5 milliards d’euros investis par CVC dans la société commerciale de la Ligue, un milliard est directement destiné aux clubs et sera réparti selon leurs performances sportives. Une répartition jugée « aberrante » par Pierre Maes : « Vincent Labrune [président de la LFP] a parlé de ruissellement. C’est tout l’inverse qu’il se passe avec ce deal, qui est le témoin d’une volonté de la Ligue de favoriser les gros clubs, les locomotives. Le PSG touche 17 % des fonds de CVC, alors que c’est sans doute le club qui en a le moins besoin. »

Ce mode de financement des clubs professionnels n’a pas manqué d’interpeller de nombreux sénateurs, à l’image du socialiste Adel Ziane, qui dénonce « un modèle qui va nuire au spectacle, en concentrant l’argent sur les clubs qui ont déjà les moyens, et donc réduire la part de surprise liée au sport et à la capacité de voir une équipe émerger ». Cette répartition des fonds est d’ailleurs directement contestée en justice par le Havre Athletic Club. Promu en Ligue 1, le club normand pourrait, selon cette méthode de répartition, ne toucher que la somme destinée aux clubs de Ligue 2. Une situation dont son président, Jean-Michel Roussier, également auditionné ce 7 mai, pourra s’expliquer devant les sénateurs.

Dans la même thématique

Droits TV dans le football : « Pour un gain de cash à court terme, on hypothèque dangereusement l’avenir »
5min

Parlementaire

Ingérences étrangères : « Des risques importants sur les processus démocratiques nationaux », alerte le président de la HATVP

Auditionné par la commission d’enquête sur les influences étrangères, le président de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, Didier Migaud, alerte sur un « enjeu de souveraineté », et réclame davantage de « moyens humains et informatiques », qu’il estime comme n’étant « absolument pas à la hauteur des enjeux ».

Le

Droits TV dans le football : « Pour un gain de cash à court terme, on hypothèque dangereusement l’avenir »
5min

Parlementaire

Financiarisation du foot : Roxana Maracineanu renvoie la balle à l’Elysée et Matignon

L’ancienne ministre des Sport, Roxana Maracineanu était auditionnée par la commission d’enquête sénatoriale sur la financiarisation du football. Les élus ont voulu savoir dans quelles conditions a été travailler l’amendement à la loi du 2 mars 2022 visant à démocratiser le sport en France qui a permis à la LFP de créer une filiale pour commercialiser les droits audiovisuels dans le cadre d’un accord contesté avec le fonds d’investissement CVC.

Le

MIPTV Exhibition in Cannes
4min

Parlementaire

Réforme de l’audiovisuel public : report de l’examen du texte à l’Assemblée, le calendrier parlementaire chargé invoqué

Alors que les députés devaient examiner la proposition de loi controversée prévoyant la fusion de l’audiovisuel public au 1er janvier 2026, le gouvernement a décidé de retirer son inscription à l’ordre du jour de l’Assemblée. Raison officielle ? Un calendrier parlementaire très fourni, entre l’examen du projet de loi agricole et celui sur la fin de vie. Une décision qui intervient cependant le jour même d’un vaste mouvement de grève à Radio France, et de la signature d’une tribune par plus d’un millier de salariés de Radio France, parmi lesquels Léa Salamé et Nagui.

Le

Droits TV dans le football : « Pour un gain de cash à court terme, on hypothèque dangereusement l’avenir »
3min

Parlementaire

Projet pétrolier « Tilenga » : Une ONG ougandaise accuse TotalEnergies de ne pas respecter les droits humains

La commission d’enquête sénatoriale sur les obligations climatiques de TotalEnergies auditionnait ce jeudi Maxwell Atuhura, directeur général de Tasha research institute africa limited, une ONG basée en Ouganda qui défend les droits de l’Homme et la justice climatique qui a lancé une action civile devant le tribunal de Paris pour demander « réparation » suite la mise en œuvre du projet pétrolier forage contesté « Tilenga » de TotalEnergies.

Le