Droits TV du foot : au Sénat, le fonds d’investissement CVC affiche son « soutien » et son « engagement » auprès de la LFP

Alors que l’horizon du football français s’assombrit de jour en jour, les dirigeants du fonds d’investissement luxembourgeois se sont voulus rassurants quant à leur engagement au sein du projet économique les liant à la Ligue. Ils ont toutefois semblé découvrir l’existence de plusieurs documents de la LFP, quant à la rémunération de Vincent Labrune et l’argent utilisé dans le cadre de l’achat du nouveau siège de l’instance.
Alexis Graillot

Temps de lecture :

9 min

Publié le

Mis à jour le

Si l’on pouvait résumer l’audition des dirigeants de CVC, on dirait qu’il vaut mieux encaisser une fois un 6-0, plutôt que de perdre 6 fois 1-0. Auditionnés ce jeudi par la commission d’enquête du Sénat sur l’intervention des fonds d’investissement dans le football professionnel français, les représentants du fonds d’investissement ont reconnu que la période traversée par le football français était difficile, tout en se voulant rassurants sur l’avenir.

« De nombreux chantiers ont été ouverts et aboutis, même s’ils ne sont pas toujours visibles pour le grand public », a défendu le président de CVC en France, Jean-Christophe Germani, ajoutant rester « très engagé » dans le projet. Une temporisation qui devrait rassurer les principaux acteurs, dont les présidents de clubs, auditionnés ce matin, alors que le fonds estime qu’il est « beaucoup trop tôt pour porter un jugement ou faire un bilan ».

Un investissement consécutif à « une situation financière grave »

Les dirigeants de CVC sont d’abord revenus sur les raisons qui ont amené le fonds d’investissement à rentrer dans le capital de la société commerciale de la LFP. « Nous avons répondu à un besoin exprimé par la Ligue », avance Jean-Christophe Germani, expliquant qu’au moment de la sollicitation, « le football professionnel français était dans une situation financière grave après la crise du Covid et la défaillance de son diffuseur principal (NDLR : Mediapro) ». Le dirigeant note à ce titre que pour les saisons 2021-2022 et 2022-2023, « la Ligue et l’ensemble des clubs ont perdu une part significative de leurs revenus ».

« Pleinement conscient des défis », le fonds a pourtant fait le choix d’investir massivement dans la société commerciale, à hauteur de « 1,5 milliard d’euros en capital », qui visait à répondre à 4 objectifs : « restaurer la solidité financière des clubs », « rembourser le PGE garanti par la Ligue », « doter un fonds de réserve destiné à pallier d’éventuelles difficultés futures », et « soutenir la FFF et le football amateur ». En contrepartie, la LFP a consenti à une participation non négligeable du fonds d’investissement dans le capital de sa société, qui représente 13 %.

« Nous jouons notre rôle en pleine responsabilité afin de contribuer à la réussite de la société commerciale », continue Jean-Christophe Germani, qui passe par la participation aux « décisions stratégiques », ainsi que « le suivi attentif de la situation financière ». « Notre responsabilité première est de donner notre avis, suggérer et valider les grandes orientations stratégiques de la société », martèle-t-il, faisant part de son « enthousiasme » vis-à-vis du projet, tout en rappelant que celui-ci n’en est qu’à la « phase initiale », le dernier tiers des 1.5 milliards d’investissements promis, devant être versés à la LFP dans les prochains jours.

« Il peut y avoir des moments plus difficiles »

Conscients cependant des « risques » liés à leur investissement, dans un contexte où le football français est dans une situation difficile, CVC dispose d’un pouvoir stratégique important dans le cadre de son « investissement significatif » au sein du capital de la société : « L’objectif est de nous assurer que le capital est entre de bonnes mains et bien utilisé dans le cours ordinaire des affaires », explique Edouard Conques, directeur général du fonds d’investissement en France. « Nous ne sommes pas un investisseur passif, nous participons à une gouvernance », précise le dirigeant, arguant qu’en cas de « sous-performance », il existe des circonstances pour lesquelles une « décision unilatérale » peut être prise par une des deux parties pour nommer ou révoquer un dirigeant de la société.

Une remarque qui a fait réagir les sénateurs, alors que le plan d’affaires issu de l’accord prévoyait un montant des droits TV pour le championnat à hauteur de 1 milliard d’euros, montant largement revu à la baisse aujourd’hui à la suite de l’échec de l’appel d’offres, et alors que plusieurs médias avancent aujourd’hui que ce montant pourrait être divisé au moins de moitié. « Quelles seraient les conséquences pour la Ligue si les représentants de CVC ne votaient pas un budget qui dévierait de plus de 10 % du plan d’affaires en vigueur ? », se demande le rapporteur LR de la commission, Michel Savin. « Il y a les écrits et la philosophie », tente de rassurer Edouard Conques, qui estime toutefois que « pour une décision qui sort du cours ordinaire des affaires », le fonds d’investissement dispose d’un « droit de veto », non pas pour bloquer le budget, mais pour « amorcer des discussions ». « Le pragmatisme doit s’imposer », rejoint Jean-Christophe Germani, qui estime qu’une baisse des droits TV « fait partie du risque que nous avons pris ».

« Vous n’avez pas l’impression de vous être fait avoir ? », se veut cependant « provocateur » (des mots mêmes du sénateur), Laurent Lafon, président centriste de la commission. « Il est beaucoup trop tôt pour porter un jugement ou faire un bilan », nuance en réponse, Jean-Christophe Germani, qui martèle que « ce projet s’inscrit sur le long terme ». « L’esprit de ce partenariat se résume ainsi : il peut y avoir des moments plus difficiles, des déceptions par rapport à ce qui était projeté, mais CVC est présent au côté des clubs, de la Ligue, joue son rôle d’accompagnement dans les moments difficiles, et nous l’espérons vivement, dans les moments de succès », continue le dirigeant, pour qui la commercialisation des futurs droits TV à venir, ne constitue « qu’un point d’étape ». « On assume que ce n’est pas un long fleuve tranquille », abonde Edouard Conques, qui estime que « malgré les difficultés, [CVC] tient [ses] engagements ».

Imbroglio sur la rémunération de Vincent Labrune

Visiblement pas complètement convaincus, les élus se sont interrogés sur le montant même investi par CVC. « A-t-on vraiment tiré les leçons de l’échec de Mediapro ? », se demande Michel Savin, qui s’interroge sur le risque pris par le fonds, dans un contexte de « tensions » entre la Ligue et son partenaire historique, Canal +. « D’un point de vue financier, vous dites-vous que la valorisation du football français était sur la base du contrat Amazon ? [NDLR : le géant américain avait investi 250 millions d’euros pour la diffusion de 8 matches sur 10 de Ligue 1 par journée] ». « Non ce n’est pas ce que nous nous sommes dit », énonce clairement Jean-Christophe Germani, qui souligne toutefois le « contexte très particulier » de l’époque [NDLR : la rupture du contrat entre la LFP et Mediapro], ayant conduit à un montant des droits TV significativement bas. Et ce, alors même que Canal + continuait à payer 343 millions d’euros pour les 2 matches, montant que la LFP avait alors refusé de diminuer, conduisant au désengagement de la chaîne cryptée pour le nouvel appel d’offres.

Enfin, les dernières minutes ont tourné à l’imbroglio lorsque les dirigeants du fonds d’investissement ont été interrogés sur la provenance de la rémunération du président de la LFP, Vincent Labrune, ainsi que de l’argent utilisé pour financier le nouveau siège de l’instance, ensemble immobilier estimé à 134 millions d’euros. « Nous n’intervenons qu’au niveau des rémunérations de la société commerciale », explique dans un premier temps, le président de CVC. « La rémunération de Vincent Labrune fixée par le conseil d’administration de la LFP, au sein duquel nous ne sommes pas représentés », continue-t-il, avant de se risquer : « A notre connaissance, Vincent Labrune ne reçoit aucune rémunération en dehors de celle fixée par la LFP. Le mandat social de président de la société commerciale [NDLR : occupé par ce même Vincent Labrune], est un mandat non rémunéré. A ce titre, il n’a pas de rémunération du président de la Ligue supporté par la société commerciale », dont CVC est actionnaire.

Avant de se voir mettre un document sous les yeux semblant démontrer le contraire : « Comprenez notre interrogation lorsqu’on lit sur le document qu’il y a eu une refacturation de 600 000 euros à la société commerciale, tout comme la présence de frais du président de LFP médias [NDLR : nom de la société commerciale] à hauteur de 108 000 euros par an ». Visiblement surpris par l’annonce, les dirigeants ont botté en touche expliquant « découvrir » le document. Même son de cloche quant au financement du siège de la Ligue : « A notre connaissance, cette acquisition est financée par un contrat de leasing et un endettement par la LFP », avance Edouard Conques. Face à cette déclaration, Laurent Lafon rétorque, document à l’appui : « Dans les comptes rendus de la LFP […], le lien est fait directement avec l’argent CVC ». Une nouvelle fois, la surprise a semblé régner chez les deux dirigeants, qui expliquent n’être « aucunement associés à cette décision ».

Quant à l’avenir, difficile d’en préjuger, alors même que Vincent Labrune a avancé la possibilité de la création d’une chaîne spécifique pour la diffusion du championnat de France. « Il y aura peut-être des choix structurants, mais il faudra tous les assumer », expose Jean-Christophe Germani, avant de rassurer : « Vous pouvez compter sur nous pour accompagner les prises de décision ». L’audition du président de la Ligue, Vincent Labrune, mercredi prochain, se promet en tout cas d’être mouvementée.

Dans la même thématique

Paris: Yael Braun Pivet Presidente Assemblee nationale
4min

Parlementaire

Election de Yaël Braun-Pivet au perchoir : les chances d'un recours quasi-nulles

Depuis jeudi, la gauche étudie “toutes les possibilités de recours” sur l’élection de Yaël Braun-Pivet à la présidence de l’Assemblée Nationale. 17 ministres-députés ont participé à son élection. Leur droit de siéger et de voter au parlement divise les spécialistes, mais tous s’accordent sur une chose : un recours devant le Conseil Constitutionnel aurait peu de chances d’aboutir.

Le

Illustration : Assemblee Nationale
5min

Parlementaire

Pourquoi le poste de président de la commission des finances est très convoité

Très convoitée, la présidence de la puissante commission des finances de l’Assemblée nationale est réservée à un(e) député(e) de l’opposition depuis 2007. Quels sont les pouvoirs associés à ce poste ? Comment sera élu samedi le futur président de la commission ? Mode d’emploi.

Le

Paris:Hemicycle of the natioanl assembly without deputies
6min

Parlementaire

Quels sont les pouvoirs de la présidente de l’Assemblée nationale ?

Le 18 juillet, Yaël Braun-Pivet a été élue présidente de l’Assemblée nationale. Cette élection a eu lieu dans l’hémicycle, à bulletins secrets, et en trois tours. Garante du bon fonctionnement de l’Assemblée nationale et 4e personnage de l’Etat, la présidente de l’Assemblée nationale détient des pouvoirs divers et variés, prévus par le règlement de l’Assemblée nationale et par la Constitution.

Le