Gérard Larcher interpelle le Premier ministre : « La Ve République est un régime parlementaire, sa pratique le fait parfois un peu oublier »

Le 16 janvier, le président du Sénat Gérard Larcher a adressé ses vœux à la Chambre haute, en présence notamment du Premier ministre Gabriel Attal. Il a exprimé le souhait d’« un dialogue plus interactif entre le Parlement et l’exécutif ».
Rose Amélie Becel

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

C’est face à un tout nouveau Premier ministre que le président du Sénat a prononcé ses vœux, ce 16 janvier. L’occasion pour Gérard Larcher de faire passer un message à Gabriel Attal et à son gouvernement : l’année 2024 doit conduire à « un dialogue plus interactif entre le Parlement et l’exécutif ».

Un message d’autant plus important que « l’année 2024 sera une nouvelle année forte pour le bicamérisme », a souligné le président du Sénat, dans un contexte où le parti présidentiel ne dispose pas de majorité à l’Assemblée nationale.

« C’est le Parlement qui vote la loi, pas l’administration de Bercy »

C’est notamment au sujet des textes budgétaires que le président du Sénat réclame une meilleure prise en compte des travaux de la Chambre haute. « Le Sénat a proposé, dans le budget 2024, 7 milliards d’euros d’économies, afin d’engager concrètement le redressement structurel des comptes publics. Nous n’avons pas été écoutés », a déploré Gérard Larcher, regrettant que les amendements introduits par le Sénat dans les textes budgétaires aient ensuite été balayés à l’Assemblée nationale par un 49.3. « C’est le Parlement qui vote la loi et pas l’administration de Bercy », a-t-il rappelé devant Gabriel Attal.

Le sénateur des Yvelines a également mis en garde le gouvernement, associant à sa remarque Yaël Braun-Pivet, présidente de l’Assemblée nationale : « Attention à l’abus des procédures accélérées, ou à la convocation des commissions mixtes paritaires en urgence comme en décembre ». En 2024, Gérard Larcher souhaite ainsi une meilleure prise en compte des débats parlementaires par le gouvernement. « La Ve République est un régime parlementaire, sa pratique le fait parfois un peu oublier », a-t-il souligné.

Le président du Sénat a poursuivi sa réflexion sur les institutions en évoquant le sujet des réformes constitutionnelles, qui doivent être conduites « d’une main tremblante » a-t-il rappelé en paraphrasant Montesquieu. « Si nous prenons les devants de la réflexion sur les institutions, c’est pour faire entendre notre voix », a indiqué Gérard Larcher. Le groupe de travail sur les institutions, lancé à la fin de l’année 2022 et dans lequel figurent notamment tous les présidents de groupe, rendra ses conclusions en la matière « au printemps », a annoncé le président.

Quatre chantiers prioritaires

En ouverture de son discours, le président du Sénat a énuméré les quatre chantiers qui lui semblaient prioritaires pour le pays en 2024. En premier lieu : l’école. Si Gérard Larcher a salué les mesures engagées, notamment en référence au bilan de Gabriel Attal, il estime que « beaucoup reste à faire ». « L’école doit pouvoir assurer sa mission de transmission des savoirs à l’abri des menaces et dans le respect absolu du principe de laïcité », demande-t-il.

« Nous devrons poursuivre le décloisonnement et la territorialisation de notre système de santé », plaide-t-il également, faisant de la santé son second sujet de priorité. Troisième chantier d’importance pour le président du Sénat : le logement. « La crise est là », alerte-t-il, appelant à faire des élus locaux les acteurs essentiels d’une nouvelle politique en la matière.

Enfin, fidèle à la dénomination du Sénat comme « Chambre des territoires », le dernier chantier prioritaire pour Gérard Larcher est celui de la décentralisation. « Le temps n’est plus aux missions, il est à l’action et à la décision », a-t-il martelé. Face à « l’inflation normative », le président du Sénat demande ainsi que soit confié davantage de pouvoir aux collectivités, grâce au retour d’une certaine « autonomie financière et fiscale ». Du côté du Sénat, des propositions de loi seront faites « très bientôt », a annoncé Gérard Larcher, pour faire suite au rapport remis en juillet dernier par le groupe de travail sénatorial sur la décentralisation.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Deauville  . Dogman   Premiere – The 49th Deauville American Film Festival
1min

Parlementaire

Judith Godrèche sera auditionnée au Sénat le 29 février

Jeudi 29 février, Judith Godrèche sera entendue par la délégation sénatoriale aux droits des femmes. En dénonçant l’emprise et les violences sexuelles dont elle a été victime enfant, l’actrice a récemment déclenché une nouvelle vague de libération de la parole dans le cinéma français.

Le

Gérard Larcher interpelle le Premier ministre : « La Ve République est un régime parlementaire, sa pratique le fait parfois un peu oublier »
6min

Parlementaire

Congé menstruel : après le rejet du texte par la droite sénatoriale et le gouvernement, « les femmes devront encore attendre »

À l’occasion de leur niche parlementaire, les sénateurs socialistes défendaient la création d’un congé menstruel, permettant aux femmes atteintes de règles invalidantes de s’arrêter de travailler deux jours par mois. Une proposition de loi rejetée par la majorité sénatoriale et par le gouvernement, malgré les amendements de compromis déposés par les élus centristes.

Le

Budget 2024 : ce qu’il faut retenir du texte modifié et adopté au Sénat
9min

Parlementaire

Le Sénat adopte une proposition de loi pour une meilleure reconnaissance des juristes d’entreprise

Présentée ce mercredi 14 février en séance publique, la proposition de loi visant à « garantir la confidentialité des consultations juridiques des juristes d’entreprise » déposée par Louis Vogel, sénateur Horizons de Seine-et-Marne, a été adoptée quelques mois seulement après la censure de dispositions similaires insérées dans le cadre de la loi de programmation pour la Justice 2023-2027 et que le Conseil Constitutionnel avait qualifié de « cavalier législatif ». Retour sur les contours d’un sujet a priori confiné au secteur juridique, mais qui emporte en réalité également des enjeux économiques, financiers et de souveraineté qui ne sont pas négligeables.

Le