TotalEnergies : la commission d’enquête du Sénat recommande que l’État « rentre dans le capital » du groupe

La commission d’enquête sur les obligations climatiques de TotalEnergies rendait son rapport ce 19 juin. Parmi ses 33 recommandations, une proposition phare : l’entrée de l’État au capital de l’énergéticien, pour disposer d’un « droit de regard », voire d’une « plus grande influence » sur sa stratégie.
Rose Amélie Becel

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Après une quarantaine d’auditions et six mois de travail, la commission d’enquête sur les obligations climatiques de TotalEnergies a produit un épais rapport, assorti de 33 recommandations. Celles-ci ne visent pas toutes directement le groupe pétro-gazier, « même s’il doit faire beaucoup plus d’efforts, il est plutôt en meilleure posture que la plupart de ses concurrents », a d’ailleurs tenu à souligner le président de la commission Roger Karoutchi (Les Républicains).

C’est tout de même parmi la poignée de mesures qui visent directement TotalEnergies que l’on retrouve l’une des propositions les plus emblématiques de cette commission d’enquête : l’acquisition par l’État d’une « action spécifique », lui conférant un « droit de regard sur les évolutions actionnariales du groupe » et « une plus grande information, voire une plus grande influence, en ce qui concerne les décisions stratégiques de son conseil d’administration ».

Une « action spécifique » qui donnerait « des pouvoirs très importants » à l’État

Au-delà de permettre à l’État d’être mieux informé de la stratégie d’investissements de TotalEnergies en matière d’énergies renouvelables, cette action spécifique répond surtout à des préoccupations de souveraineté énergétique. Lors de son audition, Patrick Pouyanné – le directeur général du groupe – avait en effet évoqué la possibilité d’un transfert de la cotation principale en bourse de la firme à New-York.

« Cela a fait réagir le Sénat, attaché à la souveraineté énergétique de la France. Même si ses actionnaires sont à 40 % Américains, TotalEnergies est un groupe qui reste Français. La commission d’enquête recommande que l’État entre au capital, pour éventuellement avoir un droit de veto sur des questions comme le déplacement d’un siège social », explique le sénateur écologiste Yannick Jadot, rapporteur de la commission d’enquête.

Concrètement, le Sénat recommande l’achat d’une action unique – pour la modique somme de 70 euros – nommée « action spécifique ». Celle-ci donnerait « des pouvoirs très importants » à l’État, estime Yannick Jadot, décorrélés de son poids dans le capital de TotalEnergies. Elle pourrait notamment permettre « la nomination d’un représentant de l’État sans voix délibérative au conseil d’administration, le droit de s’opposer à des cessions d’actifs », précise le rapport. Hypothèse soulevée lors de l’élaboration du rapport, le Sénat a finalement écarté la proposition d’une entrée de l’État à hauteur de 5 % dans le capital de l’énergéticien, jugée trop coûteuse.

Dans la même thématique

Le Sénat
7min

Parlementaire

Législatives : ces textes de loi en suspens depuis le 9 juin

Les législatives ont stoppé l’avancement de plusieurs projets ou propositions de loi dans les deux assemblées. Tour d’horizon d’une sélection de textes que le prochain gouvernement pourra, s’il le souhaite, remettre dans le circuit de la navette parlementaire.

Le

Paris: Illustrations Assemblee nationale
8min

Parlementaire

Présidence, bureau, commissions : comment fonctionne la répartition des postes-clés à l’Assemblée nationale ?

Président de l’hémicycle, vice-présidents, questeurs, secrétaires, présidents de commission : les députés vont se répartir les postes à responsabilité de l’institution à partir de jeudi. Une étape lourde d’enjeux pour les différents groupes, alors que la notion de groupes majoritaires et de groupes minoritaires est mise à rude épreuve.

Le

TotalEnergies : la commission d’enquête du Sénat recommande que l’État « rentre dans le capital » du groupe
5min

Parlementaire

Violences sexistes et sexuelles dans l’armée : « 48% des auteurs sont des hommes militaires du rang, alors qu’ils représentent 28% de l’effectif »

Depuis plusieurs semaines des témoignages relatant des violences sexistes et sexuelles dans l’armée émergent. En avril, une mission d’enquête a été confiée par Sébastien Lecornu, ministre des Armées, à Bruno Jockers, Monique Legrand-Larroche et Sylvie Perez, inspecteurs généraux des armées. Le 10 juin, à l’issue de leur enquête, un rapport a été rendu faisant état d’un dispositif insuffisant de lutte contre les violences dans l’armée et formule 50 recommandations pour y remédier. Le 9 juillet, la commission des affaires étrangères et la délégation aux droits des femmes du Sénat les ont auditionnés.

Le