Nimes: Drug dealing in the Pissevin district

« Une France submergée par le narcotrafic » : le rapport choc du Sénat sur le marché de la drogue

Les conclusions de la commission d’enquête du Sénat sur l'impact du narcotrafic en France, menée par les sénateurs LR Etienne Blanc et PS Jérôme Durain, dresse un constat sans appel, entre un chiffre d’affaires du trafic estimé a minima à 3,5 milliards d’euros et « l’émergence (…) de la corruption des agents publics et privés ». Critiquant la politique du gouvernement avec les opérations « place nette », les sénateurs proposent de « créer un parquet national antistupéfiants ».
François Vignal

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Un travail en profondeur sur la réalité du narcotrafic dans le pays. Le Sénat publie ce mardi les conclusions du rapport de sa commission d’enquête sur l’impact du narcotrafic en France. Plus de 150 auditions, des déplacements, à Marseille ou au Havre : les travaux menés par le rapporteur, le sénateur LR du Rhône, Etienne Blanc, et le président de la commission, le sénateur PS de Saône-et-Loire, Jérôme Durain, permet d’établir un tableau de la situation. Il est sombre.

« La commission s’alarme de l’émergence, encore embryonnaire mais non moins inquiétante, de la corruption »

Les mots choisis ne laissent pas de place au doute. Le rapport décrit une « France submergée par le narcotrafic », avec « un marché criminel » dont le « chiffre d’affaires » est estimé, en fourchette basse, à 3,5 milliards par an. Avec à sa tête « des trafiquants tout aussi rationnels et ingénieux que violents et corrupteurs ».

Le rapport identifie « les failles qui nuisent à la réponse de l’État, depuis le positionnement international de la France jusqu’aux moyens dédiés aux services de terrain, en passant par les sujets de coordination entre acteurs, de procédure pénale et de lutte contre le blanchiment ».

L’enjeu de la corruption est soulevé par les sénateurs. « La commission s’alarme également de l’émergence, encore embryonnaire mais non moins inquiétante, de la corruption des agents publics et privés. La situation est encore loin du phénomène corruptif observé dans certains pays d’Europe ou d’Amérique du Sud ; pour autant, il est certain que les organisations criminelles usent de la corruption pour arriver à leurs fins. Le phénomène corruptif est actuellement sous-estimé, mais les acteurs de terrain entendus par la commission ont tous tiré la sonnette d’alarme sur ce risque existentiel », pointe le rapport.

« Frapper le “haut du spectre” et ne pas limiter la lutte à des opérations d’ordre public de type “place nette” »

Les sénateurs formulent une série de propositions qui se veut « une stratégie globale et ambitieuse ayant pour but de sortir notre pays du piège du narcotrafic ». Ils appellent à faire « preuve de lucidité sur la nature du narcotrafic et le traiter pour ce qu’il est : une menace pour les intérêts fondamentaux de la Nation ». Les sénateurs appellent en conséquence à « donner sa juste place au renseignement dans la lutte contre le narcotrafic », à « mettre les moyens au niveau de la menace avec un véritable plan d’urgence pour les services d’enquête et les juridictions », à « se donner les moyens de la sécurité dans les outre-mer, aujourd’hui sacrifiés, et dans les infrastructures portuaires et aéroportuaires ». Ils veulent aussi « endiguer la corruption liée au narcotrafic, notamment la corruption dite – à tort – de « basse intensité », en caractérisant les atteintes à la probité et en créant les conditions de l’incorruptibilité dans la sphère publique comme dans la sphère privée ».

Le rapport étrille au passage la politique actuelle du gouvernement. La commission d’enquête du Sénat sur le narcotrafic juge que le plan antidrogue que le gouvernement doit présenter prochainement était « famélique » et n’était « pas à la hauteur des enjeux ». Lors de la conférence de presse, le président de la commission, Jérôme Durain, a expliqué avoir eu accès au nouveau plan du gouvernement. Il a estimé qu’il était « en deçà » du précédent plan.

Les sénateurs demandent de « frapper le “haut du spectre” et ne pas limiter la lutte à des opérations d’ordre public de type “place nette” ». Ils préconisent plutôt de « faciliter le recours aux repentis », de « sécuriser le traitement des sources par les services d’enquête et créer une nouvelle infiltration civile », ou encore de « taper les trafiquants au portefeuille en systématisant les enquêtes patrimoniales, en instaurant un gel judiciaire de leurs avoirs et en créant une confiscation sans condamnation pénale ».

Faire de « l’Office antistupéfiants une véritable DEA à la française »

Les sénateurs proposent enfin de « structurer enfin l’action des services en charge de la lutte contre le narcotrafic », en faisant de « l’Office antistupéfiants une véritable « DEA à la française » (l’agence américaine de lutte contre la drogue, ndlr) en lui donnant une pleine autorité sur les services de terrain chargés de la lutte contre le narcotrafic (police, gendarmerie et douane) ».

La solution serait aussi pour les sénateurs de « créer un parquet national antistupéfiants pour spécialiser et incarner la lutte contre le narcotrafic dans la sphère judiciaire » et de « se doter d’une véritable stratégie nationale en revoyant à la hausse les ambitions du “plan stups” rénové ».

Commission d'enquête narcotrafic

Commission d'enquête narcotrafic

A l'initiative du groupe du groupe LR, le Sénat a lancé en octobre 2023 une commission d'enquête les conséquences du trafic de drogue en France « et les mesures à prendre pour y remédier ». Auditions, déplacements sur le terrain...Retrouvez ici tous nos articles sur la commission d'enquête narcotrafic.

« Une France submergée par le narcotrafic » : le rapport choc du Sénat sur le marché de la drogue
9min

Parlementaire

Narcotrafic : quelles sont les recommandations de la commission d’enquête du Sénat pour éviter que la France ne devienne un « narco-Etat » ?

DEA à la française, parquet national antistupéfiants, plan anticorruption… En trois tomes et 35 recommandations, le rapport de la commission d’enquête du Sénat pointe les failles des politiques publiques dans la lutte contre le narcotrafic et propose « un traitement de choc » pour mettre fin à l’impunité dont jouissent les criminels du haut spectre, au risque sinon de voir la France se transformer en narco-Etat.

Le

Montpellier: Trial of Samire Lymani accused of murdering his partner Aurelie Vaquier
3min

Parlementaire

Narcotrafic : à quoi pourrait ressembler le nouveau parquet national antistupéfiants ?

Parmi les mesures phares réclamées par le rapport sénatorial de la commission d’enquête sur le narcotrafic, figure la création d’un parquet national antistupéfiants. Objectif ? « Donner aux officiers de police judiciaire et aux magistrats les moyens juridiques d'agir contre le trafic, en priorisant le « haut du spectre » ». Une mesure « indispensable » selon les sénateurs membres de la commission.

Le

« Une France submergée par le narcotrafic » : le rapport choc du Sénat sur le marché de la drogue
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le

Dans la même thématique

« Une France submergée par le narcotrafic » : le rapport choc du Sénat sur le marché de la drogue
5min

Parlementaire

Ingérences étrangères : le Sénat vote pour plus de surveillance, malgré des inquiétudes à gauche sur l’usage des algorithmes

Le Sénat a adopté la proposition de loi visant à prévenir les ingérences étrangères en France. Le texte, débattu ce 22 mai, propose notamment la création d’un registre où devront s’inscrire les représentants d’intérêts étrangers. Il autorise aussi les services de renseignements à utiliser des algorithmes pour détecter les opérations d’ingérences, une disposition qui a suscité de fortes oppositions à gauche.

Le

Photo illustration in Poland.
2min

Parlementaire

Loi Airbnb : « Ce texte a le mérite d’exister, mais il ne répond pas à toutes les problématiques liées au logement »

Votée à l’Assemblée nationale en janvier dernier, la proposition de loi « visant à remédier aux déséquilibres du marché locatif » a été adoptée ce 21 mai par les sénateurs. La chambre haute a toutefois choisi de modifier l’intitulé du texte, qui vise désormais à « renforcer les outils de régulation des meublés de tourisme à l’échelle locale ». Un choix justifié par la volonté de mieux correspondre au contenu de la proposition de loi, assume la sénatrice Dominique Estrosi Sassone : « Nous avons dit au ministre que ce texte ne répondait pas aux objectifs affichés. L’attrition du marché locatif n’est pas seulement due à l’explosion des locations touristiques, elle est multifactorielle et des pans entiers ne sont pas traités par cette proposition de loi. » « Il faut que nos concitoyens qui souhaitent investir dans la location de longue durée aient un rendement plus important » C’est la sénatrice Les Républicains Sylviane Noël, rapporteure du texte pour la commission des affaires économiques, qui a suggéré cette modification d’intitulé, soulignant que « ce texte a le mérite d’exister, mais il ne répond pas à toutes les problématiques liées au logement ». Pour Dominique Estrosi Sassone, la résolution de la crise du logement passe ainsi également par des politiques d’encouragement de la location de longue durée. « Il faut que nos concitoyens qui souhaitent investir dans la location de longue durée aient un rendement plus important, ces investissements sont aujourd’hui toujours moins attractifs que ceux pour les meublés de tourisme ». Une commission mixte paritaire doit désormais se réunir « dans les prochaines semaines », affirme la présidente de la commission des affaires économiques, pour s’accorder sur un texte commun entre la version votée à l’Assemblée nationale et au Sénat. Concernant la mise en œuvre effective du texte, « ce sera post Jeux olympiques, probablement courant septembre », affirme le sénateur Les Républicains Jean-François Husson.

Le

« Une France submergée par le narcotrafic » : le rapport choc du Sénat sur le marché de la drogue
5min

Parlementaire

Nouvelle-Calédonie : la mission vise à « mettre tout le monde autour de la table et faire émerger un accord politique global », affirme Gabriel Attal

Alors qu’Emmanuel Macron va arriver en Nouvelle-Calédonie, la situation « reste tendue et fragile » sur place, selon le premier ministre. « Nous mettons toutes nos forces pour créer les conditions du dialogue et d’un accord politique global », affirme Gabriel Attal, qui assure que le gouvernement sera « aux côtés de la Nouvelle-Calédonie pour la reconstruction ».

Le