1er mai: Dupont-Aignan réclame la dissolution des groupes “fascistes d’extrême gauche”

1er mai: Dupont-Aignan réclame la dissolution des groupes “fascistes d’extrême gauche”

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a réclamé mercredi la dissolution "de tous les groupes fascistes d...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a réclamé mercredi la dissolution "de tous les groupes fascistes d'extrême gauche" au lendemain de violences à la manifestation parisienne du 1er mai, dénonçant "la tolérance" du gouvernement à leur égard.

"Debout la France demande la dissolution de tous les groupes fascistes d'extrême gauche, la mise hors d'état de nuire des professionnels de la violence en bande organisée et l'expulsion de tous les militants violents étrangers", écrit dans un communiqué l'ancien allié de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

"Ces événements révèlent l'absence de contrôle du gouvernement sur les groupes d'extrême gauche de toutes obédiences et pire, sa tolérance envers leurs méfaits en bande organisée. Hélas, le monstre finit toujours par échapper au maître!", ajoute le député de l'Essonne.

"Sous les pavés de Paris, la ZAD de Notre-Dame-des-Landes?", se demande l'élu, pour qui "le dispositif de sécurité (de la manifestation) a été totalement débordé".

"Le gouvernement doit répondre devant le Parlement du niveau intolérable de ces violences. En effet, l'Etat disposait d'alertes précises des services de renseignements et de centaines de caméras capables de repérer en amont l'arrivée et le rassemblement de ces meutes", explique M. Dupont-Aignan.

"Nos forces de l'ordre et les contribuables paient donc au prix fort soit l'incompétence, soit le machiavélisme misérable du gouvernement dont le laxisme a permis à ces groupes de saccager un mouvement social pacifique", poursuit-il.

M. Dupont-Aignan estime que ces événements "trahissent la fausse fermeté d'Emmanuel Macron". "Les postures d'autorité en paroles du président n'ont aucune réalité concrète contre les +zadistes+ de Nantes, les squatteurs des facs ou les réseaux +No Border+ de passeurs de migrants".

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le