3e confinement : « On prendra nos décisions sur la base de données scientifiques » répond Marc Fesneau

3e confinement : « On prendra nos décisions sur la base de données scientifiques » répond Marc Fesneau

Le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, invité d’Audition publique, s’est exprimé sur l’évolution de la situation sanitaire, et sur l’hypothèse ou non d’un nouveau confinement de la population.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le Premier ministre a échangé ce lundi matin avec les présidents de groupes parlementaires. Il leur a confirmé que le Parlement sera amené à se prononcer sur une prorogation de l’état d’urgence sanitaire du 16 février au 1er juin (relire notre article). Le projet de loi va arriver rapidement dans les deux assemblées. A quoi faut-il s’attendre désormais ? Invité d’Audition publique, sur les chaînes parlementaires, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, a expliqué ce 11 janvier que le variant du covid-19 identifié au Royaume-Uni, « très contagieux », avait fait naître une « inquiétude doublée ».

Il a annoncé que les résultats du séquençage génétique réalisé sur des tests de la semaine dernière, afin d’estimer le niveau de circulation du variant britannique, seraient connus entre « ce soir et jeudi ». Est-ce que façon de préparer le pays un nouveau confinement ? « On n’a rien à préparer. Ce qu’on a à préparer c’est à faire face à ce virus qui se joue de nous », a assuré le ministre. « Et le Premier ministre annoncera éventuellement les mesures complémentaires qu’il faudra prendre », a-t-il enchaîné, en référence à la conférence de presse du 14 janvier. Et de marteler que le gouvernement prendra ses « décisions sur la base de données scientifiques ».

Prorogation de l’état d’urgence : « la raison devrait l’emporter »

Pour le ministre des Relations avec le Parlement, ce nouveau projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire, et donc la possibilité de réactiver un confinement, ne devrait pas poser de problème au Parlement, contrairement à un autre projet de loi, qui avait provoqué un tollé en décembre chez les oppositions. Ce dernier prévoyait de garantir un cadre pérenne pour les futures crises sanitaires. Face à une simple prorogation, « J’ai le sentiment que la raison devrait l’emporter », s’est rassuré Marc Fesneau. Et d’ajouter : « Je me vois mal, nous gouvernement et même d’autres, aller devant les Français pour leur dire qu’on n’a plus d’outils pour lutter contre la pandémie. »

Interrogé sur le rythme de la campagne vaccinale et les critiques qui en découlent, le ministre a fait de la stabilité, le maître mot. « On voit bien qu’il y a une accélération, en même temps on est dans les temps qui sont imposés par l’ordre qu’on a choisi […] On a déterminé une stratégie, on ne change pas de stratégie en cours de route », a-t-il répondu.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

3e confinement : « On prendra nos décisions sur la base de données scientifiques » répond Marc Fesneau
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le