80 km/h : « Je voulais sauver des vies. On m’a accusé de vouloir remplir des caisses » regrette Édouard Philippe

80 km/h : « Je voulais sauver des vies. On m’a accusé de vouloir remplir des caisses » regrette Édouard Philippe

Lors de son bilan des contributions des Français ressorties lors du grand débat, Édouard Philippe est revenu sur la limitation de vitesse à 80 km/h. Une réforme très contestée dans les territoires et qui est à mettre à son crédit. « Je dois apprendre à composer avec l’incompréhension ou le rejet de certains de nos concitoyens » a-t-il reconnu.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Paraphrasant Emmanuel Macron, le Premier ministre a reconnu « ne pas être parvenu à réconcilier les Français avec ceux qui les dirigent ». Depuis son discours au Grand Palais, Édouard Philippe a tiré un premier bilan des contributions ressorties lors du grand débat, et en a profité pour revenir sur la réforme polémique de l’abaissement à 80 km/h de la vitesse maximale sur les routes secondaires. « Il faudrait être d’un aveuglement absolu pour ne pas entendre les mots très durs, très violents qu’une grande partie des contributions utilisent à l’encontre du gouvernement, des élus ou des fonctionnaires. J’ai moi-même dû apprendre à gouverner avec cette défiance parce que parfois la bonne foi ne suffit pas. La bonne foi, c’est celle qui m’a conduit à instaurer les 80 km/h. Parce que je ne pouvais pas accepter l’hécatombe quotidienne qui brise des vies, des familles des existences. Je voulais sauver des vies. On m’a accusé de vouloir remplir des caisses » a-t-il déploré.

Si Édouard Philippe « ne se résigne pas à abandonner cette ambition en matière de sécurité routière », il « doit apprendre à composer avec l’incompréhension ou le rejet de certains de nos concitoyens ». « Renouer avec une forme de confiance, c’est le grand défi de notre génération politique ».

 

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le