A La Villette, rangs serrés et gorges nouées pour soutenir Fillon

A La Villette, rangs serrés et gorges nouées pour soutenir Fillon

Rangs serrés, gorges nouées, ils sont venus en nombre dimanche soutenir le candidat de la droite en meeting à Paris. "C'est tellement gros le...
Public Sénat

Par Déborah CLAUDE

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Rangs serrés, gorges nouées, ils sont venus en nombre dimanche soutenir le candidat de la droite en meeting à Paris. "C'est tellement gros le moment où ça tombe...": Alexandre, 22 ans, s'exaspère que l'honnêteté de François Fillon et son épouse soit mise en cause.

Arrivé de Lyon pour le lancement de la campagne du candidat de la droite à la présidentielle, ce jeune militant LR est convaincu, à l'instar de François Fillon jeudi soir, que le "Penelopegate", "ça va faire pschitt".

Mais l'ambiance est lourde à La Villette. Pendant que des milliers de partisans affluent ("plus de 15.000" dixit le candidat), les ténors de la droite et du centre prennent place peu à peu au premier rang.

Jacob, Woerth, Hortefeux, Joyandet, Baroin, Chatel, Morin, Lagarde, Gaymard mais aussi Juppé, l'ex-favori battu de la primaire de la droite que M. Fillon remerciera à la tribune de sa présence.

Meeting de François Fillon, le 29 janvier 2017 à Paris
Meeting de François Fillon, le 29 janvier 2017 à Paris
AFP

Jean-Pierre Raffarin a la mine des mauvais jours. Grave, l'ex-Premier ministre a un long aparté, animé, avec le président LR du Sénat Gérard Larcher, alors que la presse est revenue dimanche sur l'affaire des caisses occultes du Palais du Luxembourg. Le matin même, M. Larcher, filloniste de longue date, avait appelé le candidat à apporter "des éléments" sur l'emploi de deux de ses enfants comme collaborateurs quand il était sénateur.

Bruno Le Maire est contraint de jouer des coudes et de son 1,90 m pour écarter la masse de photographes et de cameramen pour rejoindre sa place, pendant que les jeunes commencent eux à roder et à scander leur nouveau slogan: "Pas Hamon! Pas Macron! Moi je vote Fillon."

L'ex-ministre Gilles de Robien, 75 ans, reconnaît auprès de l'AFP: "Oui, c'est dur" pour le candidat, cette affaire à trois mois du premier tour. Il faut être là, "encore plus quand il y a des embûches", explique-t-il.

Le couple Fillon arrive à 15H00. Émotion rentrée mais les yeux brillent, embués pour cet ancien Premier ministre habitué des foules et pour Penelope la discrète, plongée depuis mercredi dans une tempête médiatique.

Ovation d'une salle bondée. Quel contraste! En mai 2015, MM. Fillon et Juppé avaient été hués dans cette même salle, avant la prise de parole du nouveau président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy.

- 'Penelope Fillon n'est pas Xavière Tiberi!' -

Les militants scandent alors "Penelope, Penelope" et ne ménagent pas leur soutien pour faire corps avec leur candidat malmené.

Des sympathisants de François Fillon lors d'un meeting, le 29 janvier 2017 à Paris
Des sympathisants de François Fillon lors d'un meeting, le 29 janvier 2017 à Paris
AFP

Un autre Alexandre, 26 ans, venu lui de l'Isère, assure que "même sans l'affaire Penelope, il serait là". "Pendant qu'on parle de cette affaire, on essaie de masquer les affaires des autres", lâche-t-il en citant Emmanuel Macron. Et d'enchaîner: "Fillon est tout à fait légitime", comme pour mieux refuser par avance toute question sur un éventuel candidat de substitution.

Filloniste passée chez Juppé avant de retrouver Fillon, Valérie Pécresse montre les dents: "Nous te défendrons, nous te protégerons!" lance la présidente de la région Île-de-France.

Le centre aussi serre les rangs: "Nous avons confiance en ton intégrité et en ton honnêteté", lance le député-maire de Drancy Jean-Christophe Lagarde (UDI).

Meeting de François Fillon, le 29 janvier 2017 à Paris
Meeting de François Fillon, le 29 janvier 2017 à Paris
AFP

C'est au tour de M. Fillon de monter à la tribune. L'orateur aguerri a la voix blanche. Moment inédit pour ce pudique qui se fend, "devant 15.000 fiertés françaises", d'un: "Je veux dire à Penelope que je l'aime."

Dans le public, Gérard, 72 ans, professeur retraité, espère que le candidat "sera blanchi dans cette affaire". "C'est vrai qu'il y a un doute mais c'est à la justice d'en décider..." souligne-t-il avant de lâcher "Penelope Fillon n'est pas Xavière Tiberi!"

Le discours fini, dans les travées de la presse, Patrick Stéfanini, directeur de campagne, prêche la bonne parole: "François Fillon est serein, il a dit sa vérité."

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allées ces dernières années.

Le

A La Villette, rangs serrés et gorges nouées pour soutenir Fillon
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le