A Lagraulet-du-Gers, le bio à la cantine est un choix politique

A Lagraulet-du-Gers, le bio à la cantine est un choix politique

Une cantine 100 % bio, en circuit court, c’est possible ! Dans le Gers, la petite commune de Lagraulet s’est lancée dans l’aventure en janvier dernier.
Public Sénat

Par Samia Dechir

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Le midi, les 45 enfants du village ne mangent plus que des produits locaux. Les légumes sont tous issus du potager communal. Et si le prix des repas augmente, c’est la mairie qui prendra en charge la différence. Un choix politique, pour Nicolas Meliet, Maire de Lagraulet et lui-même agriculteur bio.

Reportage Samia Dechir

Dans la même thématique

A Lagraulet-du-Gers, le bio à la cantine est un choix politique
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

A Lagraulet-du-Gers, le bio à la cantine est un choix politique
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le