A Lille, Macron évoque une terre marquée par les combats sociaux

A Lille, Macron évoque une terre marquée par les combats sociaux

Emmanuel Macron a conclu samedi un déplacement de deux jours dans les Hauts-de-France par un grand meeting à Lille où il s'est réclamé de "l...
Public Sénat

Par Stéphanie LEROUGE

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron a conclu samedi un déplacement de deux jours dans les Hauts-de-France par un grand meeting à Lille où il s'est réclamé de "l'histoire collective" d'une terre marquée par les combats sociaux.

Cinq mille personnes, selon les organisateurs, s'étaient rassemblés au Zénith pour écouter le discours du fondateur d'En marche!. Parmi elles: l'ancien président PS de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon, et l'ancien président du Conseil économique, social et environnemental et ancien ministre de droite, Jean-Paul Delevoye.

Revenant sur l'histoire ouvrière de ces "terres de combat", où se sont construits de haute lutte les "droits nouveaux" des travailleurs, M. Macron a appelé son auditoire à "être à la hauteur de cette histoire collective".

Emmanuel Macron en meeting pour la présidentielle le 14 janvier 2017 à Lille
Emmanuel Macron en meeting pour la présidentielle le 14 janvier 2017 à Lille
AFP

"Jamais nous ne devons accepter celles et ceux qui, bafouant cette histoire, voudraient nous faire croire que notre avenir se construit dans l'enfermement, dans le repli, dans l'oubli. Jamais nous ne devons accepter le discours de ceux qui voudraient nous expliquer qu'il faut accepter le monde tel qu'il vient, s'adapter aux injustices, aux incohérences d'une mondialisation parfois devenu folle", a-t-il lancé.

Souhaitant un "prompt rétablissement" à Martine Aubry, qui avait dit son "ras le bol" de ses idées libérales, il a rendu hommage à l'ancien maire de Lille Roger Salengro (1890-1936), qui "s'est battu contre l'extrême droite" et "en est mort", et a cité un autre maire de la capitale des Hauts-de-France, Pierre Mauroy: "A force de croire obstinément à ses rêves on finit par imposer sa réalité".

Emmanuel Macron lors d'une visite dans une école maternelle le 14 janvier 2017 à Dombrowski d'Hellesmes dans le nord de Lille
Emmanuel Macron lors d'une visite dans une école maternelle le 14 janvier 2017 à Dombrowski d'Hellesmes dans le nord de Lille
AFP

Creusant son sillon social, en pleine primaire PS, il a dévoilé en partie le volet éducatif de son programme présidentiel.

L'ancien ministre a notamment proposé de diviser par deux le nombre d'élèves dans les classes de CP et CE1 situées en zone d'éducation prioritaire, ce qui suppose de mettre devant les élèves 12.000 instituteurs en plus.

"Ils seront pour partie des créations nouvelles de postes et pour partie des embauches qui restent à faire sur les 60.000 programmées pour le quinquennat Hollande", a précisé l'ancien conseiller du chef de l'Etat. Pour les financer, M. Macron compte sur la "correction des inefficacités du système actuel, notamment le coût du baccalauréat".

- "Injustice au carré" -

M. Macron veut aussi renforcer l'autonomie pédagogique des enseignants dans ces zones et valoriser leurs salaires et leurs carrières.

Portrait de Macron, candidat à la présidentielle
Portrait de Macron, candidat à la présidentielle
AFP

"Le socle de l'histoire de ma famille, de ce qui m'a conduit ce soir devant vous, le socle de toute émancipation c'est l'école", a souligné M. Macron, en évoquant le souvenir de sa grand-mère institutrice, "qui était sortie de sa condition par l'école".

M. Macron a déploré une "injustice au carré", soulignant que l'école est "en crise", là où "nous avons concentré les difficultés économiques, sociales, les problèmes d'intégration".

Vendredi, au cours d'un déplacement à Noeux-les-Mines (Pas-de-Calais), l’ancien banquier avait déjà déploré que "l’alcoolisme et le tabagisme se (soient) installés dans le bassin minier. Tout comme l’échec scolaire".

Cette déclaration, qui n'est pas sans rappeler celle sur les "illettrés" des abattoirs Gad, a fait vivement réagir samedi le Front national, qui a dénoncé dans un communiqué l'"abject mépris de classe" de l'ancien banquier.

Emmanuel Macron en campagne pour la présidentielle le 13 janvier 2017 à Noeux-les-Mines
Emmanuel Macron en campagne pour la présidentielle le 13 janvier 2017 à Noeux-les-Mines
AFP

Un FN que M. Macron est venu défier vendredi à Hénin-Beaumont, se posant en meilleur rempart face "à un parti qui porte la haine, l'exclusion et le repli".

"Quand le Front national nous promet de rétablir des sécurités aux frontières il vous ment", a-t-il fustigé samedi au cours de son meeting. "Ce qu'il nous faut ce sont des contrôles renforcés" aux frontières de Schengen, "une politique commune d'asile", a-t-il prôné, tout en dénonçant une forme de "laxisme" dans le fait que des clandestins ne soient pas reconduits à la frontière.

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le