A Paris, Jean-Marie Le Pen rend hommage à Jeanne-d’Arc devant un carré restreint de fidèles

A Paris, Jean-Marie Le Pen rend hommage à Jeanne-d’Arc devant un carré restreint de fidèles

Jean-Marie Le Pen, s'est rendu mardi matin au pied de la statue de Jeanne-d'Arc, place des Pyramides, à Paris, entouré d'environ...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Jean-Marie Le Pen, s'est rendu mardi matin au pied de la statue de Jeanne-d'Arc, place des Pyramides, à Paris, entouré d'environ deux cents fidèles, où il a déploré "qu'il n'y ait plus le grand défilé populaire" supprimé par le FN.

Le fondateur du parti d'extrême droite, qui fêtera ses 90 ans en juin, a déposé une gerbe de roses blanches, barrée de l'inscription "Fidélité à Jeanne", au pied de la statue, avant de se recueillir un instant.

Sans estrade ni micro, Jean-Marie Le Pen n'a cette année prononcé aucun discours, alors que l'hommage à Jeanne-d'Arc, chaque 1er mai, était autrefois l'un des événements annuels les plus importants du parti, réunissant plusieurs milliers de partisans.

"C'est une tradition nationale que je respecte, je regrette simplement qu'il n'y ait plus le grand défilé populaire qu'il y avait chaque année et que le Front national a supprimé pour des raisons que je conteste, évidemment", a déclaré celui qui s'était qualifié pour le second tour de la présidentielle en 2002, et qui était accompagné mardi par son épouse, Jany Le Pen.

"Je suis là comme je le suis chaque année depuis plus de cinquante ans, par conséquent je suis fidèle à Jeanne d'Arc, fidèle à la tradition nationale et fidèle à moi-même", a-t-il poursuivi, aux cris de "Jean-Marie, Jean-Marie" scandés par la foule et devant plusieurs journalistes bousculés par le service d'ordre.

Exclu du Front national, Jean-Marie Le Pen en a également perdu la présidence d'honneur en mars dernier, lorsque sa fille Marine a supprimé cette fonction honorifique des nouveaux statuts du parti.

L'héritière du parti d'extrême droite était pour sa part au même moment à Cannes, puis à Nice, également pour rendre hommage à la Pucelle d'Orléans.

"Je crois que Nice est la seule ville de France où il n'y a pas de statue de Jeanne d'Arc! C'est pour ça qu'elle va à Cannes déposer sa gerbe!", a ironisé Jean-Marie Le Pen, salué par plusieurs drapeaux français ainsi que ceux du Parti de la France, présidé par Carl Lang, présent, et quelques fanions aux couleurs du Front national.

Plusieurs responsables du Front national, dont Wallerand de Saint Just et le député Sébastien Chenu, se sont par ailleurs rendus mardi matin au pied d'une autre statue de Jeanne-d'Arc, devant l'église parisienne Saint-Augustin, également pour rendre hommage.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le