À Paris, la droite sénatoriale encore et toujours divisée

À Paris, la droite sénatoriale encore et toujours divisée

Comme en 2011, la droite parisienne partira en ordre dispersé pour l'élection sénatoriale du 24 septembre prochain. Face à la liste de Pierre Charon, officiellement investi, le sortant Philippe Dominati présente sa propre liste et Catherine Dumas tentera de conquérir un siège à la Haute assemblée. En plus de la liste UDI menée par Yves Pozzo di Borgo.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Au sein de la droite parisienne, les divisions sont presque une pathologie. Et l'élection sénatoriale dans le département capitale n'échappe pas à la règle. Cette année, c'est un remake des échéances électorales précédentes, mais avec une inversion des rôles. Pierre Charon, élu sur une liste dissidente en 2011 est cette fois investi par le parti. Face à lui il aura deux autres listes de droite. Celle menée par Philippe Dominati, sénateur LR sortant élu en 2011 sur la liste officielle. Et celle de Catherine Dumas, sénatrice de 2007 à 2011 et non réélue il y a 6 ans notamment en raison de la dissidence de Pierre Charon. Les centristes ont eux, désigné Yves Pozzo di Borgo, élu depuis 2004 comme candidat. Mais il ne pourra pas, cette fois-ci, compter sur les voix du Modem, qui a préféré rejoindre la liste de La République en Marche. 

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le