Abrogation de la réforme des retraites :  « Le gouvernement utilise tous les artifices, à la limite de la légalité » dénonce Yan Chantrel

Alors que la proposition de loi du groupe LIOT abrogeant la réforme des retraites, était examinée aujourd’hui par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, le premier et principal article du texte a été supprimé. Un vote qui provoque la colère des parlementaires de gauche.
Henri Clavier

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale en bénéficiant de la niche parlementaire du groupe LIOT, l’examen du 8 juin ne devrait pas réserver beaucoup de surprises. En effet, la majorité présidentielle  et LR a voté, en commission, la suppression de l’article ramenant l’âge de départ à la retraite à 62 ans. 

La question de la recevabilité

Si l’opposition peut toujours déposer un amendement ressuscitant l’article, la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, devrait prononcer l’irrecevabilité en s’appuyant sur l’article 40 de la Constitution si la situation se présente. Pour rappel, l’article 40 de la Constitution prévoit l’irrecevabilité des propositions de loi dont l’adoption aurait pour conséquence l’aggravation ou la diminution d’une charge publique. “Le gouvernement fait tout ce qu’il peut, utilise tous les artifices, à la limite de la légalité”, déplore Yan Chantrel, sénateur PS des Français de l’étranger. Une situation politiquement explosive puisque le bureau de l’Assemblée nationale, chargé d’examiner la recevabilité des propositions de lois avait validé le texte du groupe LIOT. “Le président de la commission des finances, Eric Coquerel, a donné son feu vert, donc il y a aussi un problème institutionnel”, insiste Yan Chantrel. Accusés d’obstruction par le gouvernement lors de la réforme des retraites, les parlementaires de gauche dénoncent “un subterfuge du gouvernement pour empêcher le vote de l’Assemblée nationale”. 

“Ce qu’il se passe au sein de la commission des affaires sociales est inquiétant”

Le sénateur socialiste dénonce, plus globalement, une dérive institutionnelle qui prend la forme d’un “coup de force permanent”. “Ce qu’il se passe au sein de la commission des affaires sociales est inquiétant, c’est un véritable coup de force ou l’on n’étudie même pas les amendements de l’opposition”, poursuit Yan Chantrel en faisant référence aux sous-amendements écartés par le bureau de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Le sénateur socialiste s’inscrit dans la continuité des propos de Mathilde Panot (LFI) qualifiant les parlementaires de la majorité présidentielle de “dangers pour la démocratie”. “Ce que l’on comprend c’est que le gouvernement a peur d’un vote, pourquoi ? Parce qu’ils vont perdre”, conclut Yan Chantrel. 

“Par contre, ça ne va pas empêcher des mobilisations qui, je l’espère, seront massives le 8 juin prochain”

Le 8 juin, l’enjeu devrait donc être moins important qu’anticipé, néanmoins, Yan Chantrel appelle à poursuivre la mobilisation sociale. “Par contre, ça ne va pas empêcher des mobilisations qui, je l’espère, seront massives le 6 juin prochain”, martèle Yan Chantrel. L’objectif est de “montrer au gouvernement qu’on ne se laissera pas faire, du moins tant qu’il n’y aura pas eu d’onction démocratique sur le texte”, affirme Yan Chantrel. Difficile désormais d’imaginer l’Assemblée nationale voter sur le texte. 

 

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le