Questions to the Government Session at the National Assembly, in Paris – 28 May 2024

Accord avec le RN : un nouveau bureau politique de LR valide l’exclusion d’Éric Ciotti

A quelques minutes de la décision du tribunal judiciaire de Paris saisi en référé par Éric Ciotti, le bureau politique de LR a validé son exclusion à la très large majorité de ses membres.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Après la photo de famille montrant l’ensemble des cadres unis contre la décision d’Éric Ciotti de s’allier avec le RN aux législatives, un nouveau Bureau politique de LR, réuni en visioconférence ce vendredi, a validé l’exclusion du président du parti. « Le Bureau politique de mardi n’était pas en capacité juridiquement de prononcer l’exclusion du parti d’Éric Ciotti car il n’y avait pas eu de convocation dans les formes avec l’ordre du jour. C’est désormais chose faite », explique le sénateur LR, Marc-Philippe Daubresse, qui a participé au Bureau politique.

Éric Ciotti a en effet saisi en référé le tribunal judiciaire de Paris pour contester la validité de son exclusion. La décision est attendue en fin de matinée.  « Éric Ciotti va peut-être avoir gain de cause sur la décision du premier bureau politique mais il va devoir faire un deuxième référé sur la décision du Bureau. Il a désormais à la fois politiquement et juridiquement tort », estime Marc-Philippe Daubresse.

A l’ordre du jour du Bureau politique, 103 membres de LR ont voté une motion visant à exclure du parti Éric Ciotti. Seul l’ancien député Julien Aubert a voté contre. La maire de Montauban, Brigitte Barèges et le sénateur Alain Joyandet se sont abstenus, indique Marc-Philippe Daubresse. Julien Aubert indique sur X s’être abstenu. « Bien que le président ait outrepassé ses droits, ce différend politique ne devrait pas se régler devant les juges et polluer la campagne », explique-t-il.

Le Bureau politique a également acté la composition de la direction provisoire du parti avec Annie Genevard à sa tête, secondée par François-Xavier Bellamy et Michèle Tabarot.

Enfin une troisième motion a été adoptée pour rétablir la Commission Nationale d’Investiture dans ses fonctions. Tout candidat qui n’aura pas été investi par la CNI ne pourra se prévaloir du label LR. Ce qui laisse présager de nombreux contentieux dans les circonscriptions, voire des recours en annulation, si jamais un candidat « LR RN » était élu à quelque voix près. Le juge pourrait alors considérer que se prévaloir de l’étiquette LR sans avoir été investi par la CNI du parti constituerait une manœuvre frauduleuse susceptible d’altérer la sincérité du scrutin.

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le