Accord Chine-UE : « Le temps de la naïveté est derrière nous », estime Nathalie Loiseau

Accord Chine-UE : « Le temps de la naïveté est derrière nous », estime Nathalie Loiseau

Après 7 ans de négociations, l’Union européenne et la République populaire de Chine sont parvenus à un accord global sur les investissements. Un nouveau partenariat en perspective qui doit permettre d’ouvrir les portes du marché chinois aux Européens notamment dans des secteurs jusqu’ici fermés aux investissements. En retour Pékin a obtenu une garantie d’ouverture du marché européen notamment dans l’énergie renouvelable. Nathalie Loiseau, eurodéputée Renew et ancienne ministre des affaires européennes, exige des garanties, notamment sur la question des concessions faites par l’Union en termes d’ouverture de son marché, et de respect des droits de l’homme en Chine en particulier sur le sort de la minorité musulmane Ouïghoure.
Public Sénat

Par Maie Brémeau et Pierre Bonte-Joseph

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Nathalie Loiseau rêve d’une Europe qui s’affirme face au géant chinois. Et peu importe si la Chine affiche une croissance de 2,3 % en 2020 malgré la pandémie. Pour la députée européenne (Renew), l’Union européenne a des atouts à faire valoir : « Le temps de la naïveté est derrière nous. On a besoin aujourd’hui de s’affirmer, non pas dans le protectionnisme car on est dans un monde ouvert où on ne peut pas se passer les uns des autres mais en défendant ce à quoi nous croyons. N’ayons pas peur de ce que nous sommes, ni de nos valeurs, ni de notre poids et de notre force. Nous sommes le marché solvable le plus grand du monde. Faisons-en un levier de négociation. »

Avant de rappeler qu’elle sera vigilante sur les concessions faites par l’Europe à la Chine, en matière notamment de circulation de travailleurs : « Je n’ai pas envie d’importer en Europe, du dumping social avec des travailleurs chinois qui viendraient travailler à d’autres conditions que les travailleurs européens ».

« N’ayons pas peur de ce que nous sommes, ni de nos valeurs, ni de notre poids et de notre force ».

Sortir de la dépendance

L’ancienne ministre chargée des affaires européennes espère ainsi que l’Europe, dans le cadre de l’accord d’investissement global négocié avec la Chine, pourra exiger plus de garanties, et notamment sur l’épineuse question des droits de l’homme. Dans son viseur : la répression contre les Chinois musulmans établis dans la province du Xinjiang. « Il y a le sort de la minorité ouïghoure avec des camps de rééducation, du travail forcé, et puis il y a le respect ou le non-respect des engagements internationaux [de la Chine]. Un accord c’est une chose. Mais sa mise en œuvre, la vérification de la mise en œuvre, et l’accompagnement par tous les instruments par lesquels l’Union européenne doit affirmer davantage sa souveraineté, et sortir davantage de sa dépendance en est une autre. »

Comme bon nombre d’autres élus européens, Nathalie Loiseau appelle à l’extrême vigilance concernant cet accord. Elle n’a pas encore décidé ce qu’elle votera. Le Parlement européen devra dans les mois qui viennent, rejeter ou accepter l’accord en un seul bloc, sans pouvoir l’amender. Les débats s’annoncent d’ores et déjà mouvementés.

Retrouvez l’émission Ici l’Europe en intégralité en replay

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le