Accoyer (LR) dénonce “une attitude scandaleuse” de Bayrou

Accoyer (LR) dénonce “une attitude scandaleuse” de Bayrou

Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains (LR), a dénoncé mercredi "une attitude et une déclaration scandaleuses" de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains (LR), a dénoncé mercredi "une attitude et une déclaration scandaleuses" de François Bayrou, après que le président du MoDem a accusé François Fillon d'être "sous l'influence des puissances d'argent".

"C'est une attitude et une déclaration qui sont scandaleuses", a réagi M. Accoyer sur iTELE. "Mais on voit bien quel est le jeu de M. Bayrou, M. Bayrou nous annonce qu'il va être candidat et donc il veut faire parler de lui une nouvelle fois", a-t-il ajouté.

Sur France 2, François Bayrou a affirmé à propos de François Fillon que "jamais dans l'histoire de la République, un candidat aux plus hautes fonctions, à la présidence de la République, n'a été ainsi sous l'influence des puissances d'argent". Il a aussi indiqué qu'il "prendr(ait) (s)es responsabilités" pour la présidentielle, sans toutefois annoncer sa décision sur une possible candidature.

Bernard Accoyer a fustigé "un jeu dangereux pour la démocratie". "M. Bayrou, avec une démagogie qui l'a souvent caractérisé, rentre en campagne, et pour rentrer en campagne il cherche à faire braquer sur lui les projecteurs quel que soit le mal qu'il puisse faire au débat démocratique".

"François Fillon a tout mis sur la table lundi. Maintenant il est temps que nous parlions de la France et des Français", a encore dit le secrétaire général LR.

Dans la même thématique

Accoyer (LR) dénonce “une attitude scandaleuse” de Bayrou
6min

Politique

Attal présente son programme et renvoie dos à dos « Nupes » et RN : « Le 30 juin, j’aimerais que les Français me choisissent » 

Ce jeudi 20 juin, le Premier ministre a dévoilé une série de mesures sur le pouvoir d’achat, le travail, la transition écologique ou encore la justice des mineurs, qui seront portées par les candidats de la majorité aux législatives anticipées. Gabriel Attal n’a pas hésité à personnaliser le scrutin, appelant les Français à « le choisir » dès le premier tour.

Le