Aciérie Ascoval : Éric Bocquet attend de l’État « des actes forts »

Aciérie Ascoval : Éric Bocquet attend de l’État « des actes forts »

Au micro de Sénat 360, le sénateur communiste du Nord, Éric Bocquet, assure que l’aciérie Ascoval, en redressement judiciaire et qui vient de bénéficier d’un sursis de deux semaines, était « un outil performant » et une entreprise « viable ». Le sénateur communiste attend « des actes forts » de l’État.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Mercredi, la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg a accordé un nouveau sursis de deux semaines à l’aciérie Ascoval, en redressement judiciaire et qui attend un repreneur.

« C’est d’abord un outil performant, qui marche très bien, qui a des savoir-faire (…) [et] des produits de qualité » tient à souligner le sénateur communiste du Nord, Éric Bocquet.

« Cette entreprise est viable. Ce n’est pas un canard boiteux. »

Le sénateur communiste du Nord demande à l’État d’agir : « Il faut des actes forts. L’État est interpellé directement. [Il] est actionnaire à 15% (…) Il faut qu’il monte en capital (…) à 33% (…) On a encore un petit délai jusqu’au 7 novembre pour agir fortement, rassurer peut-être les banques qui sont encore réticentes. »

Alors qu’Emmanuel Macron doit se rendre le 7 novembre dans les Hauts-de-France, Éric Bocquet prévient : « S’il vient les mains dans les poches, on va le huer, s’il vient avec un carnet de chèques, il sera applaudi. »

Dans la même thématique

Aciérie Ascoval : Éric Bocquet attend de l’État « des actes forts »
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Aciérie Ascoval : Éric Bocquet attend de l’État « des actes forts »
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le