Aéroport NDDL: Philippe réunira les élus locaux “à partir de vendredi”

Aéroport NDDL: Philippe réunira les élus locaux “à partir de vendredi”

Édouard Philippe réunira à partir de vendredi et la semaine prochaine les élus locaux sur le projet controversé d'aéroport de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Édouard Philippe réunira à partir de vendredi et la semaine prochaine les élus locaux sur le projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a-t-il indiqué mercredi sur France 2.

"La décision, nous la prendrons d'ici la fin du mois de janvier. Mais avant la fin du mois de janvier (...), je veux pouvoir discuter avec l'ensemble des élus concernés, les élus municipaux, les élus régionaux et les parlementaires, à partir de vendredi et la semaine prochaine", a déclaré le Premier ministre alors que le rapport des médiateurs remis en décembre laisse ouverte une possibilité d'abandon du projet.

Selon Matignon, Edouard Philippe recevra les sénateurs de Loire-Atlantique vendredi matin, et dans l'après midi les députés du même département et les maires et présidents d'intercommunalités "impactés par le projet d'aéroport du Grand Ouest".

"J'ai beaucoup de réunions organisées à mon agenda où je vais pouvoir les entendre sur leur conception de ce qu'il faut faire, ce qu'il ne faut pas faire mais aussi sur la façon dont ils interprètent le rapport que nous avons demandé au mois de juin et qui est à l'origine finalement du choix entre le réaménagement de l'actuel aéroport de Nantes Atlantique et puis le développement d'une nouvelle plateforme aéroportuaire", a-t-il ajouté.

Interrogé sur une éventuelle évacuation du site, le Premier ministre a répondu: "quelle que soit la décision que nous prendrons, il y aura une composante d'ordre public".

"Je sais que cette décision est une décision difficile à prendre, je sais qu'elle sera regardée (..), peut-être impopulaire (...) mais à un moment, il faut en sortir, il y a un moment, il faut prendre des décisions et les assumer", a-t-il justifié.

Mardi, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb déclarait sur Europe 1 qu'"on sera obligé à un moment donné d'employer la force" pour évacuer le site de Notre-Dame-des Landes, tout en soulignant qu'il fallait qu'elle soit "la plus mesurée possible".

Située à 25 km au nord-ouest de Nantes, cette Zad - "zone d'aménagement différé" pour les autorités, "zone à défendre" pour ses occupants qui souhaitent la protéger - s'étend sur 1.650 hectares. Environ 150 personnes y vivent en permanence et 200 personnes la fréquentent régulièrement, selon une source policière.

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le