Aéroports de Paris : « Déclencher un référendum est une manœuvre de communication politique » dénonce Olivia Grégoire

Aéroports de Paris : « Déclencher un référendum est une manœuvre de communication politique » dénonce Olivia Grégoire

Olivia Grégoire, députée LREM de Paris, était l’invitée de Parlement Hebdo sur LCP-Public Sénat. La députée revient sur le référendum d’initiative partagée, déclenché mardi à l’encontre de la privatisation d’ADP, ainsi que sur l’intervention de Christian Jacob à l’Assemblée.
Public Sénat

Par Marion D'Hondt

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Mardi 9 avril, 248 Parlementaires se sont alliés pour demander un référendum d’initiative partagée, ou RIP, sur la privatisation d’Aéroports de Paris (voir notre article).

Pour Olivia Grégoire, cet appel n’est que « la suite logique d’une volonté d’obstruction ». Elle rappelle qu’en première lecture, Les Républicains se sont abstenus sur la privatisation. Les deux présidents de groupe LR (Assemblée, Sénat) sont également absents de la liste des signataires.

Olivia Grégoire considère que « déclencher le RIP avant le vote de la loi est une manœuvre de communication politique ». Tout comme Bruno Le Maire, elle est « étonnée de l’attelage qui va de l’extrême gauche à l’extrême droite ». Pour elle, « ces gens n’ont rien en commun à part la volonté de bloquer le gouvernement ».

La députée dénonce « une tactique politique », qui veut « activer le RIP sur Aéroports de Paris à défaut d’avoir pu le faire sur l’ISF ». Pour elle, « ça ne remet pas en cause le texte », mais plutôt « le travail parlementaire qui a été fait depuis 10 mois ». Elle conclut à « un tour de passe-passe potentiellement dangereux ».

Christian Jacob réalise « une manœuvre politicienne irresponsable »

Christian Jacob réalise « une manœuvre politicienne irresponsable » selon Olivia Grégoire
02:13

Lundi 8 avril, le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, Christian Jacob, a réalisé une charge violente à l’encontre du Président Macron. Le député considère que le Président « a perdu la confiance et le respect des Français » et appelle à « une nouvelle élection ».

Pour Olivia Grégoire, « Les Républicains ne savent plus trop où ils habitent ». Christian Jacob « remet en cause l’élection de Macron » et réutilise le terme d’ « effraction » de manière « déplacée ». Elle considère que son jeu est « dangereux », tout comme sa tendance à « aller vers un vote révocatoire ». Pour elle, « c’est une manœuvre politicienne irresponsable ».

Olivia Grégoire, qui était dans l’hémicycle lundi, a trouvé Christian Jacob « agité, très énervé et éructant ». Elle est inquiète, plus globalement, de l’attitude de l’opposition. Pour elle, les socialistes « ne savent que nous dire : "Remettez l’ISF" », tandis que les Républicains proposent « le vote révocatoire ». Dans tout cela, se demande-t-elle, « où sont les propositions ? ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le