Affaire Adrien Quatennens : « Il devrait en tirer les conséquences politiques, probablement en démissionnant », estime Michaël Delafosse

Affaire Adrien Quatennens : « Il devrait en tirer les conséquences politiques, probablement en démissionnant », estime Michaël Delafosse

Suite aux révélations de son épouse, le député Adrien Quatennens, dont le retour dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale était attendu, ne participera plus aux travaux du groupe LFI jusqu’à la fin de la procédure judiciaire dont il fait l’objet. Au micro de Public Sénat, le socialiste Michaël Delafosse estime que le député devrait se mettre en « cohésion » avec les propos qu’il a pu tenir sur les violences faites aux femmes, et présenter sa démission.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L’avenir politique d’Adrien Quatennens s’est encore un peu plus obscurci mercredi. La femme du député, restée silencieuse jusqu’à présent, l’accuse désormais de violences physiques et morales. Invité à réagir à ce nouveau rebondissement, qui menace d’ouvrir une crise au sein de La France insoumise, Michaël Delafosse, le maire socialiste de Montpellier, a estimé que le député du Nord devait désormais démissionner de son mandat. « Le problème de Monsieur Quatennens, c’est qu’il a fait des tweets sur les questions des violences faites aux femmes. Il est renvoyé à sa propre cohérence. Les déclarations de son ex-épouse sont extrêmement troublantes. La question des violences faites aux femmes ne doit pas être prise à la légère », pointe Michaël Delafosse. « Lui qui a dit tant de choses sur ça sur les bancs du Parlement devrait en tirer les conséquences politiques, probablement en démissionnant », ajoute-t-il.

« LFI devrait faire amende honorable »

Adrien Quatennens est en retrait depuis plusieurs semaines de ses fonctions de députés. Engagé dans une procédure de divorce, le protégé de Jean-Luc Mélenchon avait admis dans une lettre ouverte avoir donné « une gifle » à son épouse. Alors que LFI s’interrogeait sur les conditions de son retour à l’Assemblée nationale, sa femme a livré une autre version des faits dans un communiqué diffusé par l’AFP mercredi 23 novembre. Elle y évoque des « violences physiques et morales » de la part de son mari, subies depuis « plusieurs années ». Par voix d’avocat, l’intéressé a récusé ces accusations. Il ne participera plus à l’activité de son groupe parlementaire jusqu’à la fin de la procédure judiciaire. « J’ai lu le communiqué de LFI. Il faut qu’on se dise les choses : eux qui souvent font la leçon à tout le monde, devraient faire amende honorable », tacle encore Michaël Delafosse, qui affiche des positions critiques sur la Nupes et l’accord conclu par Olivier Faure. « Il parait que le retour d’Adrien Quatennens était prévu, tout cela avait été théâtralisé. »

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le