Affaire Benalla : « Richard Ferrand n’a pas joué son rôle » en ne respectant pas la décision du Sénat

Affaire Benalla : « Richard Ferrand n’a pas joué son rôle » en ne respectant pas la décision du Sénat

Jean-Pierre Door, député Les Républicains du Loiret, revient pour Parlement Hebdo sur la décision du Sénat de transmettre au parquet les noms de cinq proches d’Emmanuel Macron.
Public Sénat

Par Marion D'Hondt

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Pour Jean-Pierre Door, « le Sénat a eu raison » de transmettre à la justice les noms des cinq collaborateurs, y compris ceux de Patrick Strzoda, Alexis Kohler et Lionel Lavergne. Il considère que « le Sénat a fait un travail remarquable », tandis que « l’Assemblée avait échoué complètement » à mettre sur pied une commission d’enquête.

Le député salue la décision du Sénat, qui lui semble « logique », dans la mesure où la commission a constaté « des fautes ». Pour lui, cette saisine relève de « la démocratie » et de « la séparation des pouvoirs ». D’ailleurs, il « comprend mal » la réaction de l’exécutif, qui devrait plutôt « accepter cette décision ».

Jean-Pierre Door juge la décision d’Édouard Philippe de bouder les questions d’actualité au Gouvernement « dommageable ». Il réaffirme que « c’est le rôle de l’exécutif de respecter les chambres, d’autant plus que la décision du Sénat est respectable ». Le député « n’imaginait pas le Sénat mettre dans un tiroir ses conclusions ».

Pour lui, les réactions des députés et des membres de l’exécutif, hier, relèvent de « la petite cuisine politique et médiatique ». Puisque le travail du Sénat a été reconnu « toutes opinions confondues », il ne peut relever du procès politique. Il ajoute : « Le seul procès est contre les personnes qui n’ont pas respecté leur serment. »

De même, la décision de Richard Ferrand d’annuler son déplacement dans le Nord, avec Gérard Larcher, est « maladroite ». Selon Jean-Pierre Door, « Richard Ferrand est là pour défendre le Parlement, qui comporte deux chambres. Il n’a pas joué son rôle et aurait dû respecter, lui aussi, les décisions du Sénat ».

Il imagine la situation inverse, où « le Président du Sénat viendrait contrarier les décisions de l’Assemblée ». Pour lui, le président de l’Assemblée ferait mieux de « respecter la séparation des pouvoirs et la démocratie », le tout, en « mettant en avant le rôle des chambres », qui est contesté actuellement.

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le