Affaire Ferrand : les Mutuelles de Bretagne ont perçu 55.000 euros de subventions selon BFMTV

Affaire Ferrand : les Mutuelles de Bretagne ont perçu 55.000 euros de subventions selon BFMTV

Ce sont de nouveaux éléments sur l’affaire Ferrand qui empoisonne le début du quinquennat d’Emmanuel Macron. BFM TV révèle qu’« à la fin des années 2011 et 2012, et au début de l’année 2013, les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand a été le directeur général, ont perçu des fonds publics pour aider l’installation des Mutuelles […]
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Ce sont de nouveaux éléments sur l’affaire Ferrand qui empoisonne le début du quinquennat d’Emmanuel Macron. BFM TV révèle qu’« à la fin des années 2011 et 2012, et au début de l'année 2013, les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand a été le directeur général, ont perçu des fonds publics pour aider l'installation des Mutuelles dans des locaux brestois possédés par la compagne de l'actuel ministre de la Cohésion des territoires ».

Une première subvention de 15.000 euros est allouée en décembre 2011  par le conseil général du Finistère, dirigé alors par le socialiste Pierre Maille. Jusqu’en mars 2011, Richard Ferrand en était le vice-président. Puis viennent deux subventions de la ville de Brest (dirigée par le socialiste François Cuillandre) de 20.000 euros chacune. Soit un total de 55.000 euros. Lors de la révélation de l’affaire par Le Canard enchaîné, Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche, avait affirmé qu’« on (était) dans le cadre d'une entreprise privée, il n'y (avait) pas d'argent public ».

Interrogé jeudi matin sur RMC/BFM TV, Benjamin Griveaux justifie aujourd’hui ces subventions. « L'ensemble de ces pratiques sont extrêmement courantes », affirme-t-il. « Dans le département du Finistère, c'est 130 services qui ont été financés de cette manière. Ca (les aides publiques, NDLR) vient financer des bureaux, des chaises, des ordinateurs, des blouses pour les agents. Donc, quand on parle d'enrichissement personnel, il faut remettre les choses dans l'ordre » soutient Benjamin Griveaux.

Les subventions reçues par les Mutuelles de Bretagne « sont parfaitement encadrées », a assuré jeudi l'organisme, en réponse à BFMTV. Les Mutuelles de Bretagne « gèrent des services d'accès aux soins, d'aides à domicile et des établissements de santé » et « c'est dans ce cadre qu'elles sollicitent et perçoivent des subventions que leur accordent les collectivités territoriales, la Caisse d'Allocations Familiales et l'Agence Régionale de Santé », précisent-elles dans un communiqué. « Sans ces subventions, certaines de ces activités ne pourraient être conduites ou maintenues, comme c'est le cas des soins infirmiers ou de l'aide au maintien à domicile », assurent les Mutuelles, qui ajoutent que « toutes les subventions accordées et leur utilisation sont parfaitement encadrées ».

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le