Affaire Fillon : Éric Ciotti dénonce «une violation de l’instruction répétée»

Affaire Fillon : Éric Ciotti dénonce «une violation de l’instruction répétée»

Le député des Alpes-Maritimes a réagi aux révélations du Parisien concernant des virements bancaires des enfants Fillon vers le compte de leurs parents.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de l’émission Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, Éric Ciotti s’est indigné de la publication par le Parisien d’extraits du contenu des auditions de Marie et Charles Fillon. Le quotidien révèle ce matin que les enfants ont effectué des versements sur le compte de leurs parents, au moment où ils travaillaient pour leur père. « Est-ce que vous trouvez normal que ce procès soit fait médiatiquement ? », s’est exclamé le député des Alpes-Maritimes :

« Nous sommes là, une fois de plus, de façon très caractéristique dans un cas de violation de l’instruction. Il y a une violation de l'instruction répétée. Tous les PV d’audition sont dans la presse. »

Dénonçant « une attaque en rafale » et « de façon concertée » contre François Fillon, le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes demande à « qui profite le crime ? » :

« Qui a tous les éléments ? Qui a les PV d'audition aujourd’hui ? Les choses sont assez claires. »

Interrogé sur la question des costumes offerts à François Fillon, Éric Ciotti a répondu que la publication de cette information posait « un problème démocratique à ce stade » :

« Est-ce que les garanties d'un État de droit sont toujours respectées à ce moment par rapport à la violence qui est portée contre le candidat de l’opposition ? »

« François Fillon a dit les choses, il n'y a aucun sujet, c'est un sujet privé », a-t-il ajouté.

« M. Hollande est dans une complicité de plus en plus avérée avec M. Macron »

Pour le député, ces révélations n’ont qu’un seul but : « empêcher François Fillon de faire campagne » et « empêcher l’alternance ».

« Tout ça n'a qu'un objectif c’est d’éviter que l'on parle du fond, et avec une complaisance de certains médias, qui alimentent en permanence ce tombereau d’insultes, cette campagne de caniveau. »

Éric Ciotti accuse également « certains » de vouloir faire élire Emmanuel Macron « par tous les moyens » :

« Il y a un candidat du système, c’est M. Macron. Certains veulent le faire élire par tous les moyens. Je pense que M. Hollande est dans une complicité, d’abord dissimulée, mais de plus en plus avérée avec M. Macron, et que M. Macron est la bouée de sauvetage du système Hollande. »

« Certains veulent faire élire » Emmanuel Macron «par tous les moyens », accuse Éric Ciotti
00:44

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le