« Affaire Pénélope Fillon » : les sénateurs LR font bloc malgré l’inquiétude

« Affaire Pénélope Fillon » : les sénateurs LR font bloc malgré l’inquiétude

Alors que « l’affaire Pénélope Fillon » est chaque jour alimentée par de nouvelles révélations, les parlementaires Les Républicains serrent les rangs derrière leur candidat. Mais jusqu’à quand ?
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

« Je ne réponds à rien. Que chacun se démerde. Il y a des porte-parole pour ça..» évacue d’entrée un sénateur sarkozyste. Ambiance des mauvais jours, ce mardi, à la réunion hebdomadaire des Républicains. La polémique qui devait faire « pschitt » se poursuit et ne semble pas se dégonfler. Depuis les révélations du Canard Enchaîné sur les emplois supposés fictifs de Pénélope Fillon, un épisode rythme chaque jour ce feuilleton politico-médiatico-judiciaire. A tel point que pour Bruno Retailleau, président des sénateur LR parle « de prise d’otage » du début de campagne de François Fillon. Derniers rebondissements en date, selon RTL Pénélope Fillon aurait été rémunérée en tant que collaboratrice parlementaire jusqu’en novembre 2013 et non jusqu’à la fin 2012 comme l’indiquait l’hebdomadaire satirique. Et alors que des enquêteurs se sont fait remettre des documents, ce matin, au bureau de François Fillon à l’Assemblée nationale, le Parisien révèle que son épouse n’aurait jamais eu de badge d’entrée, ni d’adresse mail au Palais Bourbon.

Pas de « plan B » pour le moment

Derrière les sourires crispés, et les refus d’interviews polis, un mot d’ordre émerge au groupe LR du Sénat. « Il n y a pas de plan B. François Fillon est notre candidat. Il est complètement serein ». Le mot est passé également chez députés LR où le groupe « soutient unanimement » et « fait bloc » autour du candidat LR d’après Christian Jacob. En coulisses, les parlementaires ont pourtant de quoi s’inquiéter. Les messages qui remontent des circonscriptions ne sont pas bons. « C’est le bordel » résume laconiquement un élu de province. Plus prolixe, le sénateur de Moselle, François Grosdidier s’inquiète des conséquences du climat ambiant sur l’électorat centriste. « Nos supporters restent derrière Fillon. C’est déjà ça. Par contre, cette affaire risque de rebuter une frange plus flottante de nos électeurs qui risquent déformais de se détourner vers Macron ». « Bien sûr que l’opinion est troublée, bien sûr qu’il fallait que nous échangions entre nous (…) pour se donner des arguments, pour répondre au travail de démolition qui est fait. Mais ce n’est pas un travail de re-motivation, c’est un travail d’argumentation qui  est nécessaire » ajoute-il.

Les conséquences de la primaire de droite

Avant même les révélations du Canard Enchaîné, la campagne de François Fillon faisait du sur place. Ses propositions sur la santé ou sur la réduction du nombre de fonctionnaires suscitaient les critiques jusque dans son propre camp. Pour Hugues Portelli, sénateur du Val-d’Oise,  la difficulté est « de passer d’une campagne des primaires à une campagne présidentielle ». « Et visiblement ça ne se fait pas tout seul. Ce n’est pas simplement un problème politique, c’est un problème d’organisation » tranche-t-il. Le sénateur LR Alain Houpert, proche de Nicolas Sarkozy, considère également que la campagne de la primaire de droite pèse sur la situation actuelle. Selon lui le candidat LR paye d’avoir dévoilé son programme trop tôt.  « La question à se poser c’est : est-ce que les primaires sont une bonne chose pour la démocratie ? Parce que les candidats des primaires font un programme, le développe (…) Emmanuel Macron fait un diagnostic, le même que François Fillon (…) mais (Emmanuel Macron) vient de retarder son programme parce que lui s’aperçoit que dire les choses, dire les vérités, c’est péjoratif et les gens n’aiment pas ça ».

Qui sont les sources du Canard ?

L’autre question qui taraude les parlementaires LR concerne les origines des fuites au Canard Enchainé. Tant et si bien, que sur RFI, le député LR Eric Woerth  estime que « la presse, de temps en temps, doit pouvoir accepter d’ouvrir ses propres sources pour dire du début jusqu‘à la fin comment les choses se sont passées ». Au groupe LR du Sénat, selon nos propres sources, c’est Gérard Longuet, très proche de François Fillon, qui a émis le souhait d’une identification rapide des coupables. Face caméra, il ajoute : « on est un petit peu dubitatifs, sur les origines. Parce que sans des appuis…. Il y a des documents qui sont publics. C’est le cas des attachés parlementaires. Et il y a des documents qui sont privés et qui ne peuvent être connus que des administrations fiscales ».

Chercher « la taupe » à quelques heures de la sortie d’un nouveau numéro du Canard Enchainé. Un sénateur fébrile s’interroge. « Vous croyez qu’ils vont sortir autre chose ? ». L’identité des clients de la société « 2F Conseil » de François Fillon suscite la polémique, depuis un article de l’hebdomadaire satirique, il y a quelques semaines. Bruno Retailleau a déminé le terrain, ce matin : « il n'y a pas une société russe, il n'y a pas un groupe russe, il n'y a pas l'Etat russe, les choses sont claires » a-t-il martelé.

Reportage ci-dessus de Jérôme Rabier

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le