Affaires et présidentielle: le ras-le-bol des policiers face aux attaques

Affaires et présidentielle: le ras-le-bol des policiers face aux attaques

"Cabinet noir", "police politique", menaces de mesures de rétorsion à peine voilées: les policiers et leurs syndicats expriment leur ras-le-bol...
Public Sénat

Par Gregory DANEL

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

"Cabinet noir", "police politique", menaces de mesures de rétorsion à peine voilées: les policiers et leurs syndicats expriment leur ras-le-bol face aux attaques dont ils font l'objet au fil d'une campagne présidentielle électrisée par les affaires judiciaires.

Ces dernières semaines, c'est devenu une habitude, ou presque. Alors que les candidats de droite François Fillon et Marine Le Pen sont visés par des enquêtes, une personnalité de l'un ou l'autre camp, sur une estrade ou à la télévision, fustige le travail de la police, entraînant une réaction outrée d'un syndicat policier.

Vendredi, c'était au tour d'Alternative Police CFDT et du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI) de s'insurger après les déclarations du vice-président du FN, Florian Philippot, la veille sur BFMTV.

Il avait parlé de "police politique" et dénoncé des "dérives anti-démocratiques" au sujet de la perquisition dont le parti a fait l'objet dans le cadre d'une enquête sur des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen.

Courroucé par des "propos indignes", Alternative Police en appelle au ministre de l'Intérieur pour "déposer plainte contre toute personne qui continuera de diffamer de la sorte toute une institution".

Fustigeant aussi des propos "inacceptables" de M. Philippot, le syndicat Unsa Police a réclamé samedi "l'arrêt immédiat de toute instrumentalisation" de la police "par les équipes des candidats à l'élection présidentielle".

En première ligne sur les affaires politico-judiciaires, l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) se retrouve dans le viseur.

Il est accusé d'être la cheville ouvrière de "cabales d'Etat" ou d'un "cabinet noir", selon l'expression polémique employée par François Fillon après sa mise en examen dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs de son épouse Penelope.

Dans un courrier inédit envoyé le 13 mars au patron de la police et dont le contenu a fuité dans la presse, les fonctionnaires de l'Oclciff se sont émus, en plus du manque de moyens, "des menaces de représailles à peine voilées proférées par des candidats à la magistrature suprême". Et ont rappelé au passage avoir été assimilés déjà en 2014 à la Stasi - la redoutable police est-allemande - par Nicolas Sarkozy.

"A la lumière de ces événements se pose la question de la mise en oeuvre de la protection fonctionnelle des fonctionnaires face à de telles menaces ou accusations émanant de personnalités majeures", écrivent les policiers financiers.

- Impact sur le vote ? -

"De telles menaces sont une nouveauté et sont très mal ressenties par les collègues", indique Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat d'officiers Synergie.

Les locaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), le 30 janvier 2017, à Nanterre
Les locaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), le 30 janvier 2017, à Nanterre
AFP/Archives

"Les attaques contre la police avaient commencé au moment de la loi El Khomri puis avec l'affaire Théo sur le registre des violences policières. On est habitué aux remises en cause mais s'installe un vrai sentiment d'injustice et de stigmatisation", poursuit M. Ribeiro.

Ces critiques auront-elles un impact sur le vote des policiers, alors même que la droite et l'extrême droite ont largement leurs faveurs, selon des études d'opinion ?

Pour Yves Lefebvre, patron d'Unité SGP-FO, les attaques "auront naturellement un effet sur le vote des collègues".

Une analyse que ne partage pas M. Ribeiro: "Les policiers sont à l'image de la population. Ils votent en fonction de leur quotidien. Les critiques, ça agace mais ça ne détermine pas le vote".

Dans une note du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris), le chercheur Luc Rouban soulignait, sur la base d'une enquête réalisée les 7 et 13 février, que les intentions de vote pour le premier tour chez les policiers et les militaires en faveur de François Fillon chutaient "depuis décembre 2016", probablement en raison des affaires, passant de 29 à 19%. Elles restaient stables en revanche pour Marine Le Pen, autour de 47%.

Mais l'enquête avait été réalisée avant que ne grossisse la vague de critiques visant le travail des enquêteurs.

Dans la même thématique

Affaires et présidentielle: le ras-le-bol des policiers face aux attaques
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le