Agnès Pannier-Runacher: « Fabriquer en France peut être plus efficace et pas forcément plus coûteux »

Agnès Pannier-Runacher: « Fabriquer en France peut être plus efficace et pas forcément plus coûteux »

La secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, revient sur la mobilisation de l’industrie française pour la fabrication de masques et de respirateurs. Pour elle, cela préfigure d’une stratégie de relocalisation à venir. Elle répond aux questions d’Oriane Mancini.
Public Sénat

Par Oriane Mancini

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Mobilisation de l’industrie française :

« Le Président l’a annoncée hier, c’est une mobilisation sans faille et sans précédent pour la fabrication de masques et de respirateurs mais ce n’est pas une idée nouvelle. Sur la fabrication de respirateurs, il fallait accompagner l’augmentation du nombre de lits dans les services de réanimation. On a discuté d’un programme de production avec Air Liquide qui est le seul fabricant français mais ce programme était trop limité en restant seul. Très vite, plusieurs partenaires (PSA, Valéo, Schneider...) ont été convaincus et ont rejoint le projet pour être en capacité de produire plus. Ils avaient envie de participer à cette mobilisation contre le virus. Notre rôle c’est d’être en appui. Les équipes de santé elles, fixe les besoins et la répartition de ces matériels. Bien sûr, si nous n’avons plus besoin de ces respirateurs, ce sera à nous d’aider d’autres pays en difficulté face à cette épidémie. La filière textile est également mobilisée. Près de 80 entreprises du secteur travaillent à la fabrication de masques en tissu homologués. On voit que chacun amène sa pierre à la lutte contre le Covid-19. Notre rôle encore une fois, est d’accompagner cette montée en charge. »

Relocalisation :

« Nous avons entamé ce virage de la relocalisation de certaines productions depuis 3 ans. Sur le problème spécifique de l’approvisionnement en médicaments, nous avions lancé une réflexion dès la fin d’année dernière. Cette crise ne fait qu’accélérer cette volonté de relocaliser. Ça ne veut pas dire se fermer, ça veut dire renforcer sa base productive et industrielle, être plus intelligent. Il ne faut plus être vulnérable sur certaines productions stratégiques comme les médicaments par exemple. Ce que l’on est en train de démontrer aujourd’hui, c’est que fabriquer en France peut être plus efficace et pas forcément plus coûteux. L’usine de demain permettra encore d’améliorer la compétitivité française. On voit aujourd’hui que l’on va pouvoir et il faut, accélérer sur cette idée de relocalisation. »

L’impact économique :

« Il est trop tôt pour calculer l’impact sur les entreprises, trop tôt pour tirer un bilan. Dans 2 ou 3 mois, nous aurons un retour précis sur les fermetures ou dépôts de bilan. Mais, le plan de soutien du gouvernement est un plan massif. Il n’y a pas de doutes que ces mesures sont à la dimension du problème et vont permettre de soutenir notre tissu économique. Il faut que l’on continue d’accompagner et de préparer les entreprises à rebondir. Fonds de solidarité, dégrèvements d’impôts, report de taxes, tout cela doit aider nos entreprises. Certaines auront certes des problèmes de trésorerie mais leur modèle est bon est nous devons les sauver. Après la crise, nous relancerons notre pacte productif qui s’appuie sur 3 grands piliers, relocalisation, transition énergétique et le numérique. »

Pendant toute la période du confinement, retrouvez chaque jour de semaine à midi notre interview politique, en ligne sur publicsenat.fr et notre chaîne YouTube.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le