Agriculture bio : un rapport du Sénat accuse l’Etat de « filouterie » et de « faire de la com’ »

Agriculture bio : un rapport du Sénat accuse l’Etat de « filouterie » et de « faire de la com’ »

Un rapport de la commission des finances du Sénat étrille le plan bio du gouvernement. « On est dans la communication avec un désengagement de l’Etat dans les aides » selon le sénateur LR Alain Houpert. L’objectif de 15% de surfaces agricoles bio en 2022 ne peut être « respecté », alors que les aides reculent.
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Enjeu autant économique que de santé publique, le bio se retrouve de plus en plus à toutes les sauces. Les ambitions du gouvernement pour l’agriculture biologique en France sont grandes. En 2018, il présente son plan « ambition bio 2022 ». Doté de 1,1 milliard d’euros, il vise à convertir 15% de la surface agricole utile au bio d’ici 2022 et à assurer 20% de produits bio dans les repas servis en restauration collective.

Fin 2018, on était loin du compte. 7,5% des terres étaient consacrées au bio. La filière bovins-lait (avec 60% de surfaces en bio) et la viticulture sont les plus avancées. Mais les grandes cultures, comme les céréales, sont à la traîne. La forte baisse de rendement, en passant de l’agriculture productiviste intensive au bio, fait réfléchir certains dans ce secteur. Dans le même temps, la demande s’accroît. La production intérieure ne suffit pas pour ce marché estimé à 10 milliards d’euros. La France se retrouve contrainte d’importer 30% de ses besoins en bio.

« On constate qu’on est loin des ambitions du plan »

Le plan du gouvernement est-il efficace pour combler ce retard ? « Non », selon un rapport de contrôle la commission des finances du Sénat sur le financement du bio par l’Etat. Ses auteurs, le sénateur LR de Côte-d’Or, Alain Houpert, et le sénateur PS des Côtes-d'Armor, Yannick Botrel, dressent un bilan d’étape pour le moins critique, pour ne pas dire au vitriol.

« Le plan a été lancé à grand concours de communication. Et on constate aujourd’hui qu’on est loin de ses ambitions. On en est à 7% de bio. Et dans les cantines, on en est à 3%... Ce plan "Ambition bio 2022", on pourrait le renommer "Ambition bio 2026, au mieux" » lance Alain Houpert, soit la date où les objectifs seront atteints au rythme actuel (voir la vidéo, images de Robinson Hollanders). Il continue : « C’est de la retape. C’est vraiment de la communication. Là, le plan n’est pas respecté et loin de l’être ». Face à « un financement défaillant de l’Etat », le plan bio serait avant tout de « l’emballage ». Et d’insister :

On est dans la communication avec un désengagement de l’Etat dans les aides

Ça patine

Au regard des données connues, on comprend pourquoi la France est encore à la traîne. De 2 % des surfaces agricoles utiles en bio en 2003, avec 11.400 exploitations, on passe à 3,8 % en 2012, soit près du double. Mais depuis, ça patine un peu. 4,9 % de surfaces bio en 2015, 6,5 % en 2017 puis 7,55 % en 2018, soit 41.600 exploitations bio. On voit qu’il faudrait plus que redoubler d’efforts pour atteindre l’objectif de 15% en 2022, soit dans deux ans.

Lancé par Stéphane Travert, le plan bio est toujours défendu par l’exécutif. Didier Guillaume, qui lui a succédé au ministère de l’Agriculture, ambitionnait encore en avril 2019 de faire de la France « le leader européen au niveau de l’agriculture biologique ».

« Les crédits alloués par le ministère de l’Agriculture fondent comme neige au soleil »

Alain Houpert explique en quoi les aides de l’Etat reculent. Jusqu’ici, les agriculteurs qui basculent en bio bénéficiaient d’une « aide de 3 ans pour la conversion puis de 2 ans pour le maintien. Le désengagement de l’Etat vient du fait que l’aide à la conversion passe de 3 à 2 ans, et celle au maintien de 2 à 3 ans », détaille le sénateur LR. Ce qui fait dire à l’élu de Côte-d’Or que « les crédits alloués par le ministère de l’Agriculture fondent comme neige au soleil ». « Par exemple, pour un maraîcher, l’aide est de 900 euros à l’hectare pour la conversion et de 500 euros pour le maintien. Donc l’Etat gagne un an mais cela met en danger l’agriculteur qui s’engage ». Un tour de passe-passe budgétaire en somme, qui permet à « l’Etat de faire des économies. On est un peu dans la filouterie » accuse Alain Houpert.

Ces aides du ministère en recul « sont remplacés par l’aide du Feader (les aides européennes, ndlr) » et « par les agences de l’eau, qui compensent. Mais elles sont gérées par région, avec des différences par agriculteur. Et jusqu’à quand dureront ces aides ? ». Et « à budget constant », « les agences de l’eau vont avoir du mal à travailler sur le bio et continuer à assurer leurs autres missions qui sont l’alimentation en eau et l’assainissement ».

Au-delà de la production française, le socialiste Yannick Botrel pointe d’autres limites au développement du bio en France, notamment la question des contrôles. « La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a-t-elle les moyens de contrôler tous les produits bio importés ? » demande le sénateur des Côtes-d’Armor. Face à un marché bio en développement, « comment peut-on se prémunir contre toutes les dérives et scandales ? » s’interroge encore le socialiste. Yannick Botrel estime également que « les procédures d’agrément du bio ne nous semblent pas assez précises ». Sans parler de l’Agence bio, à qui les sénateurs reprochent de produire des chiffres pas fiables sur les surfaces agricoles bio… « Les décomptes surfaciques ont été considérés comme si approximatifs par la Commission européenne que la France a dû faire face à des corrections financières d’une ampleur considérables » note le rapport… Pas évident pour mesurer l’évolution des surfaces bio. Alain Houpert nie pour autant toute vision pessimiste, préférant y voir un encouragement à mieux faire : « Moi qui viens d’une région viticole, on voit plutôt le verre à moitié plein. Je propose que nous continuions à le remplir ! » A la vôtre. Mais en bio.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le