Aides sociales : « Je ne sais pas ce que Bruno Le Maire avait en tête », déclare Olivia Grégoire

Aides sociales : « Je ne sais pas ce que Bruno Le Maire avait en tête », déclare Olivia Grégoire

La députée LREM de Paris veut éteindre la polémique née des déclarations du ministre de l’Économie sur la possibilité de réduire la politique sociale sur l’emploi, en cas de baisse du chômage. « Peut-être qu’on lui a prêté des intentions qui n’étaient pas les siennes », défend-t-elle.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Depuis dimanche, les réflexions du ministre de l’Économie ne cessent d’être commentées. Interrogé sur l’éventualité d’une baisse des aides sociales, Bruno Le Maire avait expliqué que « réduire la dépense publique sans rien toucher aux aides sociales ne serait pas cohérent, ni juste et lucide vis-à-vis des Français ». Il a notamment ciblé la politique de l’emploi, précisant « qu’à partir du moment où nous réussissons à créer des emplois dans le secteur privé […] il peut être légitime de réduire la politique sociale sur l’emploi ».

« Je ne sais pas ce qu’il avait en tête », a reconnu Olivia Grégoire, députée LREM de Paris dans Parlement Hebdo. « Si et seulement si, la croissance est au rendez-vous […] et on arrive à soutenir cette croissance et l’emploi, on peut logiquement espérer qu’il y aura moins besoin de prestations sociales en termes de masse, voilà ce que j’ai compris. »

« Je n’ai pas entendu parler de suppression d’aides sociales »

Deux ministres ont pris leur distance avec Bruno Le Maire : Gérarld Darmanin (Comptes publics) et Agnès Buzyn (Santé). « Je n’ai pas entendu parler de suppression d’aides sociales, j’ai plutôt entendu Gérarld Darmanin et Agnès Buzyn confirmer qu’aucune aide sociale personnalisée ne serait concernée, touchée ou même rabotée – ce mot que je déteste –  dans les années qui viennent », a réagi la porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée. « Peut-être qu’on l’a mal compris ou / et qu’on a prêté des intentions qui ne sont pas celles de Bruno Le Maire ».

La polémique à peine éteinte, Olivia Grégoire a aussitôt tenté de déminer une autre déclaration ministérielle : celle de Gérald Darmanin, qui envisage de réduire les aides aux entreprises. Message envoyé aux chefs d’entreprise : « On n’est pas en train d’envisager de couper des aides, on met tous les chantiers sur la table ». « En matière d’aides sociales personnalisées, on a refermé le dossier, pour les aides sociales aux entreprises, on l’ouvre », explique Olivia Grégoire. Une déclaration qui sonne comme un nouveau ballon d’essai.

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

Aides sociales : « Je ne sais pas ce que Bruno Le Maire avait en tête », déclare Olivia Grégoire
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le