Aides sociales: Macron “s’en prend toujours aux mêmes”, selon Bay (RN)

Aides sociales: Macron “s’en prend toujours aux mêmes”, selon Bay (RN)

L'eurodéputé Rassemblement national (ex-Front National) Nicolas Bay a estimé lundi à propos de la polémique autour des aides...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'eurodéputé Rassemblement national (ex-Front National) Nicolas Bay a estimé lundi à propos de la polémique autour des aides sociales qu'Emmanuel Macron "s'en prend toujours aux mêmes", les plus fragiles et ceux qui travaillent, appelant à s'attaquer d'abord aux fraudes sociale et fiscale.

Interrogé sur LCI pour savoir s'il y avait trop d'aides sociales comme l'a estimé le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, M. Bay a jugé qu'"on peut toujours discuter sur l'opportunité ou l'efficacité de tel ou tel dispositif". "Mais attaquons-nous d'abord à la fraude sociale et à la fraude fiscale avant de mettre en cause un certain nombre d'aides sociales", a-t-il dit, évaluant la première à "20 milliards d'euros" et la seconde à "50 milliards".

"Emmanuel Macron et ses ministres s'en prennent toujours aux mêmes", a-t-il poursuivi.

Face à l'argument de la recherche d'une meilleure efficacité de ces aides, avancé par le gouvernement, Nicolas Bay a estimé qu'"il y a toujours un prétexte officiel affiché mais le résultat concret, c'est que ça va fragiliser encore davantage nos 9 millions de pauvres et nos 6 millions de chômeurs".

"La grande tendance en matière fiscale, c'est simple: on frappe très durement ceux qui ont travaillé ou travaillent, on frappe le capital, uniquement le capital durable, immobilier, on allège au max la fiscalité sur les flux de capitaux, la spéculation", a-t-il ajouté.

Dimanche la ministre des Solidarités Agnès Buzyn avait estimé que toutes les aides sociales "peuvent être discutées", tout en excluant de faire des économies "sur le dos des pauvres", dans un entretien au Journal du Dimanche.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le