Aix-en-Provence: la promotion express du chauffeur de la maire annulée par le Conseil d’Etat

Aix-en-Provence: la promotion express du chauffeur de la maire annulée par le Conseil d’Etat

La promotion du chauffeur de la maire LR d'Aix-en-Provence, qui vaut à Maryse Joissains-Masini d'être poursuivie pénalement, a...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La promotion du chauffeur de la maire LR d'Aix-en-Provence, qui vaut à Maryse Joissains-Masini d'être poursuivie pénalement, a été définitivement annulée par le Conseil d'Etat, a-t-on appris mardi.

Dans son arrêt rendu le 25 mai que s'est procuré l'AFP, le Conseil d'Etat estime que la maire d'Aix-en-Provence "a commis une erreur manifeste d'appréciation de la valeur et de l'expérience professionnelle" d'Omar Achouri, son chauffeur et conseiller.

Mme Joissains-Masini, maire d'Aix-en-Provence et présidente de la Communauté du Pays d'Aix depuis 2001, avait exigé la promotion de M. Achouri, âgé aujourd'hui de 65 ans, alors qu'il figurait à la 50e place sur une liste dressée par ordre de mérite.

Le 14 mai, le parquet du tribunal correctionnel de Montpellier a requis à son encontre neuf mois de prison ferme et dix ans d'inéligibilité pour cette promotion ainsi que pour avoir fourni des emplois de complaisance à des proches.

Le procureur Dominique Sie avait notamment estimé que les faits de détournement de fonds publics et de prise illégale d'intérêts étaient "parfaitement caractérisés".

"Le Conseil d'Etat confirme qu'il s'agit d'une erreur d'appréciation, c'est ce que nous plaidons au pénal", a réagi mardi son avocat Me Alain Roustan.

"Une erreur d'appréciation n'a jamais été un délit. Il ne s'agit pas de détournement de fonds publics et de prise illégale d'intérêts", a poursuivi l'avocat.

Lors de son procès Mme Joissains-Masini s'était défendue en soulignant avoir voulu "récompenser par une promotion sociale "un engagement total" de son chauffeur, décrit comme un "personnage clef du système de clientélisme" aixois par différents hauts responsables administratifs de la ville.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le