Alexandra de Taddeo se défend sur M6 d’avoir voulu nuire à Griveaux

Alexandra de Taddeo se défend sur M6 d’avoir voulu nuire à Griveaux

Alexandra de Taddeo, destinataire des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, a assuré n'avoir gardé des traces de ces images que...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Alexandra de Taddeo, destinataire des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, a assuré n'avoir gardé des traces de ces images que pour se "protéger", et affirmé ne pas avoir participé à leur diffusion par son compagnon Piotr Pavlenski, dans un entretien diffusé dimanche sur M6.

Dans cette interview exclusive, la première accordée par Alexandra de Taddeo, dont des extraits ont été montrés dans le "12.45" de la chaîne, avant une version longue qui sera diffusée à 17H20 dans le magazine "66 Minutes", l'étudiante russophile raconte les circonstances dans lesquelles l'ex-candidat macroniste à la mairie de Paris lui a envoyé les fameuses vidéos.

"Depuis longtemps, je suivais Benjamin Griveaux sur les réseaux sociaux comme beaucoup d'autres hommes et femmes politiques… et il m'a ajoutée au milieu d'avril 2018 sur Facebook Messenger pour engager la conversation", raconte Alexandra de Taddeo.

Après avoir beaucoup échangé, "on s'est rencontrés chez moi une fois, c'était un rendez-vous un peu décevant", "un échange qui se concrétise de façon physique" et "l'adultère suit", poursuit-elle.

"Les vidéos intimes sont arrivées après, c'est lui qui les a envoyées naturellement, je ne lui ai pas demandé de vidéos", ajoute l'interviewée, qui dit ne plus se souvenir de leur nombre. Elle explique en avoir enregistré "parce qu'il était important de garder une trace du fait que c'était lui qui me sollicitait principalement". "C'était une mesure de protection", résume-t-elle.

A-t-elle pris part à leur diffusion ? "Non bien sûr", jure-t-elle, assurant avoir découvert après coup leur mise en ligne par Piotr Pavlenski.

Tout en reconnaissant être au courant du projet de site "pornopolitique", via lequel Piotr Pavlenski a révélé les vidéos, elle assure qu'elle ne pensait pas qu'elles y figureraient, confirmant la version des faits donnée aux enquêteurs, selon des informations obtenues par l'AFP.

"Au moment de la diffusion, il m'a montré l'article (révélant les vidéos, ndlr), à ce moment là, j'étais en colère évidemment", mais "j'ai compris la démarche et c'est pour ça que j'ai dit à Piotr : OK, tu as fait ça, je continue de te soutenir…", dit-elle.

"Ça reste qu'une histoire de photos, de pornographie, on en voit tous les jours… Tout ce qu'il y a eu autour de cette affaire me paraît disproportionné", confie encore Alexandra de Taddeo, qui a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire, ce qui la prive notamment de tout contact avec Piotr Pavlenski.

L'entretien a été réalisé peu de temps après sa sortie de garde à vue par le journaliste Milan Poyet, qui a agi dans la plus grande confidentialité, avant de proposer ce document à M6.

"C'est une jeune femme qui subit une tempête médiatique importante, et elle s'est prêtée au jeu parce qu'elle a envie de s'exprimer, tout simplement", a-t-il expliqué à l'AFP, assurant que l'interviewée, qui était accompagnée par son avocate, n'avait posé aucune condition à cet entretien.

"Aucune question n’a été éludée", a assuré de son côté Stéphane Gendarme, le directeur de l'information de M6.

Outre "66 minutes", des extraits de l'interview seront diffusés dans le "19.45" de M6 et à 18H00 sur RTL.

Dans la même thématique

France Politics
6min

Politique

Emmanuel Macron s’apprête à accepter la démission de Gabriel Attal et de son gouvernement

Plus d’une semaine après le second tour des législatives anticipées, le chef de l’Etat devrait accepter d’ici la fin de journée la démission de son Premier ministre et du gouvernement. Néanmoins, l’exécutif pourrait rester en place plusieurs semaines pour gérer les affaires courantes, du moins jusqu’à ce qu’une majorité en mesure de gouverner ne parvienne à se forme à l’Assemblée nationale.

Le

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le