Alexis Corbière : « Christophe Castaner doit démissionner »

Alexis Corbière : « Christophe Castaner doit démissionner »

Alexis Corbière était l’invité politique de l’émission « Bonjour Chez Vous ! », la matinale de Public Sénat, ce vendredi 12 juin. Le député (LFI) de la Seine-Saint-Denis a réagi aux manifestations des policiers contre le discours du ministre de l’Intérieur. Tout en reconnaissant que Christophe Castaner a eu raison de dire qu’il ne fallait pas tolérer le racisme dans la police, il dénonce son attitude depuis le début de son mandat. Il était au micro d’Oriane Mancini.
Public Sénat

Par Oriane Mancini

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Policiers qui jettent leurs menottes à terre : « Franchement, manifester parce que le ministre a dit qu'il fallait la tolérance zéro contre le racisme dans la police, je m’inquiète »

 

Violences policières : « D'un certain point de vue, [Christophe Castaner] est un ministre faible, qui doit démissionner, qui met en danger l'institution » « Quand on arrive à 15 000 tirs de LBD, 30 000 grenades utilisées, 27 yeux éborgnés, 5 mains arrachées [...] Cette idée de nommer Monsieur Didier Lallement préfet de Paris qui a une pratique du maintien de l'ordre choquante »

 

Relance économique : « Aujourd'hui notre système fiscal n'est pas juste. Il y a des gens qui payent déjà trop d'impôts, les catégories moyennes, mais les plus riches doivent être plus sollicités, c'est la moindre des choses » « Il faut relocaliser l'économie. On s'est aperçu que fabriquer des masques, on n'avait même plus une usine sur le territoire national qui était en capacité de le faire. Il faut qu'on ait une indépendance. Moi je suis un souverainiste social »

 

Retour à l'école de tous les enfants : « Avec 20 ou 25% des enfants à l'école, on peut mettre en place les distances. Mais si tous les enfants reviennent à l'école on n'aura plus les moyens de le faire »

 

Commission d'enquête à l'Assemblée nationale : « Elle est présidée par Richard Ferrand. Elle est quand même entre les mains de ceux qui, en raison de leur proximité politique, ne créeront pas toutes les conditions pour que la lumière soit faite » « Bien sûr qu'il faut qu'il y ait des responsabilités politiques et éventuellement des sanctions en direction de ceux qui ont des responsabilités. On termine quand même à 30 000 morts »

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Alexis Corbière : « Christophe Castaner doit démissionner »
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le